Bouaké, les risques de l’utilisation des pesticides chimiques de synthèse dans l’agriculture et l’alimentation au centre d’un atelier à l’UAO

2
Bouaké, les risques de l'utilisation des pesticides chimiques de synthèse dans l'agriculture et l'alimentation au centre d'un atelier à l'UAO
Bouaké, les risques de l'utilisation des pesticides chimiques de synthèse dans l'agriculture et l'alimentation au centre d'un atelier à l'UAO

Africa-Press – Côte d’Ivoire. « Droit à l’alimentation adéquate et risques liés à l’utilisation des pesticides chimiques de synthèse dans l’agriculture et l’alimentation : Quel rôle pour la jeunesse estudiantine », tel est le thème au centre d’un atelier de formation démarré le jeudi 06 octobre 2022 à l’Université Alassane Ouattara (UAO) de Bouaké, qui se poursuivra jusqu’au samedi 08 octobre 2022. Cet atelier qui s’inscrit dans le cadre du projet Politiques publiques et pesticides en agriculture urbaine en Côte d’Ivoire (PoPPesCI), a été initié par l’Inades-Formation en collaboration avec le Centre de Recherche pour le Développement (CRD).

Durant ces trois jours, des présentations de travaux de recherches d’étudiants, des renforcements de capacité sur les méthodes d’écriture pour faire passer les messages de recherches aux décideurs, ont émaillé le déroulé de l’atelier qui prend fin ce samedi 08 octobre 2022.

« La toxicité des pesticides chimiques dans l’agriculture est une entrave au droit à l’alimentation. Qui parle de droit à l’alimentation parle de la qualité sanitaire des aliments. Donc, nous sommes là pour sensibiliser les étudiants à travers ce séminaire qui, à leur tour, vont sensibiliser les parents sur le choix d’une agriculture et d’une alimentation durable » a fait savoir Assoko Maillet, ingénieur agro économiste, chargé de plaidoyer “Campagne Conscience AlimenTERRE” à Inades-Formation.

Participant à cet atelier de formation, le CRD, à travers Docteur Kouadio Adolphe son directeur intérimaire, a tiré la sonnette d’alarme sur l’utilisation des produits phytosanitaires sur la santé des populations. Il a apporté la contribution de sa structure dans la lutte contre ce fléau.

Pour Baïmé Yann Philippe, étudiant en licence 3 de sociologie, présent à cet atelier, la mise en œuvre de ce séminaire lui a permis de savoir qu’il y a une conscience alimentaire à tenir. « Nous devons avoir un comportement sain et privilégier une bio alimentation pour avoir une longue vie sur terre.», a-t-il conseillé.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here