Jacqueville souillée par les déchets plastiques, alerte sur la ville

2
Côte d'Ivoire : Jacqueville souillée par les déchets plastiques, alerte sur la ville
Côte d'Ivoire : Jacqueville souillée par les déchets plastiques, alerte sur la ville

Africa-PressCôte d’IvoireS’il y avait un label, celui de ville poubelle en devenir lui serait attribué.

Sujette à un développement souhaité via l’économie du tourisme depuis une dizaine d’années, Jacqueville souffre d’une bien désagréable pollution.

Cliquez pour agrandir l’image

Politiquement paradoxale et visuellement surprenante, elle plonge l’ancien comptoir colonial dans l’infernal cycle d’une dégradation mesurable.

S’y balader revient à vous plonger dans un univers de déchets plastiques sur ces routes bordées de sable dans cette aire entre mer, lac (M’koa, ndlr) et lagune.

Cliquez pour agrandir l’image

Des petits tas d’ordure par ci par là aux allures modifiées par le vent qui disperse les déchets donnés en décoration urbaine jusqu’aux abords des bâtiments officiels.

Cliquez pour agrandir l’image

Vivre avec des parterres souillés, les habitants s’y sont fatalement habitués, mais pas les touristes de passage. Ceux croisés expriment une certaine déception. Jacques venu de Cocody avisera de la sorte : « On ne s’imaginait pas voir autant de saleté à Jacqueville, quand, au détour d’une causerie sous un arbre, nous poserons communément nos regards sur l’environnement direct qui se présentait à nous.

Contactée, la Mairie avance un manque de moyen pour mettre en place un véritable ramassage d’ordure et une gestion durable, pourtant source d’emploi, qui tranche avec l’expansion commerciale observée. Supermarchés, boutiques, banques, hôtels ont ouvert depuis quelques années de quoi laisser penser le contraire.

Cliquez pour agrandir l’image

Un temps, le bord de mer de Jacqueville avait, lui aussi, des airs de décharge à ciel ouvert. L’arrivée progressive de maquis sur le rivage a obligé les tenanciers à nettoyer leurs alentours, conscients, à l’évidence, qu’une plage sale ruinerait leurs espoirs de croissance.

Jacqueville s’inscrit dans la liste des zones sur lesquelles l’Etat mise pour accroitre son activité touristique. En témoignent les communications officielles qui incluent la cité alladjan.

Cliquez pour agrandir l’image

« Rendre Jacqueville propre », un slogan qui friserait le programme politique tant le potentiel est réel.

Cliquez pour agrandir l’image

Par ailleurs, si les tas d’ordures dégradent les villages traversés à l’approche de Jacqueville, avant de rapidement se résigner, l’Etat ivoirien avait un temps, en 2012, tenté d’interdire l’utilisation des sachets plastiques non dégradables au bénéfice des bio-dégradables. Une entreprise finalement vaine qui laisse place à l’accroissement de la pollution plastique, source de maladie.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here