Réseaux sociaux : au nom de la visibilité

8
Réseaux sociaux : au nom de la visibilité
Réseaux sociaux : au nom de la visibilité

Africa-Press – Côte d’Ivoire. Si l’époque présente, aidée par les réseaux sociaux, est l’époque de l’image et du narcissisme par excellence ; les faits divers récurrents portés par la toile au nom de la visibilité, de la quête de gloire, laissent songeurs quant au prix à payer pour être connu.

Jules Renard, écrivain français, a déclaré : « La gloire est un effort constant ». Si l’effort est constant, il est avant tout double pour celui qui aspire à la lumière : l’effort d’être connu et l’effort de se maintenir sous les projecteurs.

Les réseaux sociaux, dans la démocratisation de la parole, ont vendu l’illusion d’une vie de gloire, de paillettes et d’argent à tous ceux qui rêvent de se défaire de leur vie ordinaire, avec des problèmes ordinaires et des solutions, des victoires, qui n’ont, leur semble-t-il, rien d’extraordinaire.

L’accès quasiment direct à l’intimité des artistes, stars de la musique, des leaders d’opinions ou des récents influenceurs, derniers nés de la vie des paillettes au prix sanglant de sacrifices charnels et spirituels, de travail et de méthode, de temps et d’efforts, d’investissements financiers et matériels a donné lieu à des dérapages, véritables scandales, souillant le Divin sommeillant en chacun et en tous…

En effet, en mai 2022, après le scandale chargé d’épouvante de « Porta Potty », le bon sens aurait voulu que le charme soit rompu, que les aspirants influenceurs se rendent compte de l’illusion de minuit du conte de Cendrillon, hélas…

Le monde des influenceurs, des stars de la musique, du sport et de leurs fans reste très peu recommandable au vu « du bruit », des polémiques, des pics et des coups bas qui y sont monnaie courante, à l’extrême opposé de l’image soignée des affiches de concerts et de grands évènements nourrissant leurs calendriers évènementiels.

Pour vendre des places pour un concert, la communication conventionnelle et professionnelle semble pâlir à côté d’une bonne polémique à la sauce d’insultes directes ; ou d’une sextape par « grand malheur » apparue sur le net ou encore d’un scoop de dernière minute, qui n’a de scoop que le nombre de vues à gagner sur une vidéo qui ne dit rien de nouveau, rien d’important, du début à la fin. Si la polémique a toujours nourri la popularité, la meilleure façon de se distinguer et ce, de façon pérenne, est encore de le faire par le biais de son art, de son talent et de ses performances.

 

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here