Comment la Russie entend s’allier avec les médias africains

7
Comment la Russie entend s’allier avec les médias africains
Comment la Russie entend s’allier avec les médias africains

Africa-Press – Djibouti. Alors que le sommet Russie-Afrique doit se tenir en juillet à Saint-Pétersbourg, Moscou poursuit son offensive médiatique sur le continent. Une « association des journalistes russes et africains » va ainsi être discrètement créée. Explications.

Journalistes, intellectuels, influenceurs… Ils étaient une soixantaine à participer à un webinaire, le 9 février, lors duquel il a été décidé de tisser un nouveau partenariat entre médias russes et africains. Tous se réuniront de nouveau le 3 mai afin d’acter la création d’une association de journalistes. À la manœuvre à travers le Russian African Club, la réputée Université d’État Lomonosov de Moscou et le ministère russe des Affaires étrangères dirigé par Sergueï Lavrov.
« Information objective et fiable »

Face aux médias occidentaux, jugés responsables d’une campagne de dénigrement du Kremlin, cette nouvelle alliance vise à « coordonner le développement des relations russo-africaines dans le domaine de la diffusion d’une information objective et fiable », explique le projet de mémorandum, que Jeune Afrique a pu consulter.

Ce même document précise que le Forum des journalistes russes et africains, désigné comme « organe suprême » de la nouvelle association, se réunira une fois par an. Entre chaque édition seront organisés « des réunions de travail, des conférences, des colloques, des études conjointes, des séminaires de formation […] », notamment.

Un échange de contenus entre organes de presse africains et russes est également prévu à la télévision, « dans la presse écrite, sur les portails d’information et les réseaux sociaux ». Autres points importants : « l’ouverture de bureaux de correspondants » de part et d’autre ou encore le soutien à « la création d’une banque de données au profit de la presse africaine indépendante, qui fournirait des bulletins d’information à l’intention des médias ».

Enfin, le mémorandum ajoute que les liens entre « les médias nationaux, régionaux et locaux » seront renforcés par un « échange d’informations, la formation de journalistes, et des contacts entre les ministères, agences ou entités commerciales concernés ». Les noms des futurs médias signataires n’ont pas été dévoilés.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Djibouti, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here