Lutte contre le COVID 19 : L’IGAD lance une formation dans la zone Transfrontalière de TogWajaleh” L’IGAD.

5
Lutte contre le COVID 19 : L’IGAD lance une formation dans la zone Transfrontalière de TogWajaleh” L’IGAD.
Lutte contre le COVID 19 : L’IGAD lance une formation dans la zone Transfrontalière de TogWajaleh” L’IGAD.

Africa-Press – Djibouti. par le biais du programme de réponse au COVID-19, continuera à soutenir le renforcement du système de santé aux frontières et dans les zones commerciales comme Tog-Wajaleh”, annonçait en ouverture de la formation, le Dr GirumHaileh, Coordinateur régional de l’IGAD pour le programme de réponse COVID-19 de l’UE-IGAD.

C’est tout le sens de la formation de formateurs de quatre jours pour les membres du personnel médical impliqués dans la réponse au COVID-19 dans la ville transfrontalière de TogWajaleh entre l’Éthiopie et la Somalie organisé par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), en collaboration avec le Fonds africain de développement (FAD).

L’IGAD qui a reçu une subvention du Fonds africain de développement pour financer l’assistance inter-urgence en cas de pandémie de COVID-19 a organisé cette formation dans la période du 25 au 28 juillet 2022 sur deux sites situés de part et d’autre de la frontière qui partage la ville de TogWajaleh entre l’Ethiopie et la Somalie. La session a permis de renforcer les capacités du personnel transfrontalier essentiel dans les domaines de la prévention et du traitement, du diagnostic et de la surveillance en laboratoire et de la gestion des données liées à la pandémie. Cette session de formation a été organisé.Des deux côtés de la frontière, ce sont les maires qui ont ouvert les débats. M. MuktarMuhamud Abdi et son homologue somalien, M. Abdourahman Youssouf Mohamed, ont tous les deux souligné l’engagement de l’IGAD auprès des populations transfrontalières pour renforcer la prévention et la lutte contre le COVID 19. « Ce n’est pas la première fois que l’IGAD lance un projet dans la ville de Togwajaleh où elle travaille main dans la main avec les autorités compétentes et les populations civiles » ont-ils insisté. L’occasion pour les deux édiles de remercier chaleureusement les équipes d’experts formateurs et les responsables de l’IGAD.

C’est tout le sens de la formation de formateurs de quatre jours pour les membres du personnel médical impliqués dans la réponse au COVID-19 dans la ville transfrontalière de TogWajaleh entre l’Éthiopie et la Somalie organisé par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), en collaboration avec le Fonds africain de développement (FAD).

L’IGAD qui a reçu une subvention du Fonds africain de développement pour financer l’assistance inter-urgence en cas de pandémie de COVID-19 a organisé cette formation dans la période du 25 au 28 juillet 2022 sur deux sites situés de part et d’autre de la frontière qui partage la ville de TogWajaleh entre l’Ethiopie et la Somalie. La session a permis de renforcer les capacités du personnel transfrontalier essentiel dans les domaines de la prévention et du traitement, du diagnostic et de la surveillance en laboratoire et de la gestion des données liées à la pandémie. Cette session de formation a été organisé.

Des deux côtés de la frontière, ce sont les maires qui ont ouvert les débats. M. MuktarMuhamud Abdi et son homologue somalien, M. Abdourahman Youssouf Mohamed, ont tous les deux souligné l’engagement de l’IGAD auprès des populations transfrontalières pour renforcer la prévention et la lutte contre le COVID 19. « Ce n’est pas la première fois que l’IGAD lance un projet dans la ville de Togwajaleh où elle travaille main dans la main avec les autorités compétentes et les populations civiles » ont-ils insisté. L’occasion pour les deux édiles de remercier chaleureusement les équipes d’experts formateurs et les responsables de l’IGAD.

Le Secrétaire général du ministère de la Santé du Somali Land, Dr. Mohamed Abdi Hargeyeh, et ledirecteur de la santé des voyages et des frontières, Institut éthiopien de santé publique, M. YohannisDugasa,ont quant à eux révélé que les sites transfrontaliers comme Tog-Wajaleh sont exposés à un risque élevé de différentes menaces pour la santé publique en raison du mouvement des populations et des activités commerciales intenses.Par conséquent, pour réduire le risque, des efforts de coordination concertés entre les agences frontalières et les autorités sanitaires sont cruciaux” ont-ils plaidé.

Le programme de lutte contre le COVID 19 mis en œuvre par l’IGAD avec l’appui de l’UE cible spécifiquement des organismes de santé publique, mais aussi des agents de santé au niveau de Loyada/Somaliland/Somalie, des agents des ONG/OBC locales, les gardes-frontières, les agents de migration, les douaniers, les agents commerciaux travaillant aux frontières, et la communauté à travers notamment les bénévoles et autres leaderset agents de santé communautaires, etc.

Plus généralement, la session de formation a permis de standardiser les pratiques liées à la réponse à la pandémie dans les sites cibles, mais aussi de renforcer les capacités des agences frontalières et de la communauté à répondre efficacement à la pandémie de COVID-19 et enfin de contribuer à l’atténuation de l’impact sanitaire et socio-économique de la COVID-19 dans les sites en améliorant et en élargissant les mesures de contrôle pour couvrir les sites cibles

Soulignons enfin l’intervention remarquée du Dr Ahmed Hassan Matan, coordinateur du projet de lutte contre le COVID 19 en Somali Land qui a prononcé au nom du Secrétaire exécutif de l’IGAD, Dr WorkenehGebeyehu, et au nom de la Directrice de la Division santé et Développement social de l’IGAD, Mme FathiaAboubaker Alwan, un mot de bienvenu et de remerciement aux participants. Il a également rappelé le contexte et l’intérêt de cette formation capitale pour les populations transfrontalières dans la zone de TogWajaleh. l Ils ont dit

Dr GirumHaileh Coordinateur régional de l’IGAD pour le programme de réponse COVID-19 de l’UE-IGAD

« La formation des agents de santé est un élément essentiel de la lutte contre les épidémies et les urgences sanitaires. Le COVID-19 reste un défi que l’IGAD doit continuer à relever par le biais de mesures de protection et d’interventions de santé publique. La pandémie de COVID-19 et les nouvelles menaces émergentes nécessitent une approche multisectorielle et une collaboration avec différentes parties prenantes. La lutte contre le COVID-19 et d’autres menaces émergentes nécessite une collaboration et un engagement à tous les niveaux ; national, régional, zonal, transfrontalier et, plus important encore, l’engagement de la communauté au niveau local. Le personnel de santé, les agences frontalières et leurs travailleurs sont en première ligne pour lutter contre le COVID-19 dans les zones transfrontalières et les zones commerciales qui sont critiques et nécessitent une attention particulière pour la prévention et le contrôle des maladies. »

Dr Mohamed Abdi Hargeyeh Secrétaire général du ministère de la Santé du Somaliland (SOMALIE)

« La frontière terrestre entre la Somalie et l’Ethiopie est la plus étendue parmi toutes les frontières qui séparent les 8 pays de l’IGAD. La ville transfrontalière de Togwajaleh est connue pour la densité des échanges commerciaux qui sont vitaux pour l’économie transfrontalière. Ces échanges impliquent des mouvements humains incessants des deux côtés de la frontière, ce qui représente un facteur de risques sanitaire en cette période où les maladies infectieuses voire les pandémies se propagent rapidement. Je suis heureux de voir qu’après le pic de la pandémie, les professionnels de la santé se sont retrouvés avec les agents de la douanes ainsi que les gardes-frontières et les populations transfrontalières pour se familiariser avec les bonnes pratiques qui permettent de réduire drastiquement les risques de propagation du COVID 19 ou tout autre maladie infectieuse. L’engagement des leaders communautaires et surtout l’implication des commerçants et de la population en général dans ce travail de veille sanitaire est une source de motivation pour les autorités et les professionnels de santé pour apporter l’expertise et l’appui technique indispensable pour maitriser les risques de propagation du COVID 19. Permettez-moi enfin de remercier l’IGAD et ses partenaires techniques et financiers pour l’organisation de cette session de formation ultra importante. »

Ahmed Djama Seid Expert en base de données et analyse des informations

de l’IGAD« Cette session de formation sur les procédures opérationnelles et les standards nationaux sur la lutte contre le COVID-19 a mobilisé autour des autorités compétentes les populations concernées sur le site transfrontalier sélectionné, la ville de TogWajale. C’est un franc succès pour l’IGAD qui met en œuvre un projet de lutte contre le COVID 19. Une partie de ce projet consiste à renforcer les capacités du personnel transfrontalier essentiel dans les domaines de la prévention et du traitement, du diagnostic et de la surveillance en laboratoire et du partage des données.Conformément à la recommandation du groupe de travail technique d’experts et du comité directeur de l’IGAD, l’IGAD, avec le soutien de l’initiative l’Action régionale à travers les données (Regional Action through Data RAD), a rédigé une politique régionale de partage et de protection des données de santé qui énonce les réglementations, les meilleures pratiques et les processus pour la sécurité ainsi que le partage sécurisé des données de santé entre les différents pays de la région de l’IGAD. Cette politique vise à créer un environnement qui améliore le partage des données de santé entre les États membres (à différents niveaux) afin de promouvoir la continuité des soins, d’améliorer le contrôle des épidémies et d’améliorer la planification de la santé publique. C’est aussi le moyen d’établir des modalités claires pour le partage et la protection des données de santé dans les États membres de l’IGAD. À la suite de consultations avec les États membres et les experts du domaine au sein de la région de l’IGAD, la politique régionale de partage des données de santé et de protection des données (2021) a maintenant été finalisée. Pour aider les États membres à adopter et à intégrer la politique dans les processus de leur système de santé national, un guide de mise en œuvre de la politique régionale a également été élaboré ».

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Djibouti, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here