La galaxie du Tourbillon dans l’objectif du James Webb

6
La galaxie du Tourbillon dans l'objectif du James Webb
La galaxie du Tourbillon dans l'objectif du James Webb

Africa-Press – Djibouti. A 27 millions d’années-lumière, la galaxie M51, encore nommée galaxie du Tourbillon, est l’une des plus observées par les astronomes car elle est en interaction avec une autre galaxie lenticulaire toute proche d’elle. Sa présence est sans doute à l’origine de plusieurs caractéristiques spécifiques de M51 et notamment de ses bras majestueux.

Comprendre la rétroaction stellaire

Ces bras ont été photographiés par le télescope James Webb de la Nasa au mois d’août 2023. L’image est composée de plusieurs clichés qui intègrent les données de la caméra proche infrarouge (NIRCam) et de l’instrument infrarouge moyen (MIRI). Elle a été prise dans le cadre du projet FEAST (Feedback in Emerging extrAgalactic Star clusTers) qui vise à découvrir et à étudier des pépinières d’étoiles dans d’autres galaxies que la nôtre.

FEAST s’axe particulièrement sur la rétroaction qu’entraînent les premières étoiles formées dans un nuage de gaz sur leur environnement direct. Le télescope Hubble (et d’autres) avait déjà pu imager les premiers stades de formation d’étoiles dans les nuages denses d’autres galaxie ainsi que des secteurs entièrement nettoyés par l’énergie de ces étoiles nouvellement brillantes. Pour la première fois, le James Webb met en lumière des amas d’étoiles qui émergent de leur nuage natal dans des galaxies situées au-delà de notre groupe local.

Des bras imposants

La galaxie M51 occupe la totalité de l’image. Le noyau est principalement d’un blanc éclatant. Il y a une lumière blanche et bleu pâle qui émane des étoiles et de la poussière au centre du noyau, mais elle est étroitement limitée à cette zone. Les anneaux présentent des couleurs rouge foncé et orange et mettent en évidence des filaments de poussière autour de bulles noires caverneuses. Cliquez sur l’image pour une version HD. Crédits : ESA/Webb, NASA & CSA, A. Adamo (Stockholm University) and the FEAST JWST team.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Djibouti, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here