la contre-attaque des frères Laccruche Alihanga

Gabon : la contre-attaque des frères Laccruche Alihanga
Gabon : la contre-attaque des frères Laccruche Alihanga

Africa-PressGabon. Détenus depuis décembre 2019, l’ex-directeur de cabinet du président Ali Bongo Ondimba, Brice Laccruche Alihanga, et son frère Grégory espèrent toujours convaincre les juges de leur innocence.

Depuis fin mai et peu après sa tentative de suicide, Brice Laccruche Alihanga (BLA) a été replacé à l’isolement à la prison centrale de Libreville, officiellement en raison de la pandémie de Covid-19.

Selon nos informations, ni son avocat, Me Anges Kevin Nzigou, ni la consule de France à Libreville, Marguerite Francy Degardin, n’ont pu rendre visite à l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba ces deux derniers mois, malgré plusieurs sollicitations auprès des autorités gabonaises.

Pendant ce temps, l’instruction des trois dossiers de BLA – « très affaibli » selon ses proches – se poursuit devant les juges d’instruction gabonais. Le 29 juin, l’une des procédures a été jointe à celle concernant Christian Patrichi Tanasa, ancien directeur général de la Société gabonaise de raffinage (Sogara) et de la Gabon Oil Marketing (GOM). Les deux hommes sont en effet sous le coup du même chef d’inculpation : détournement de fonds publics en lien avec la Sogara.

L’avocat de l’ancien directeur de cabinet a contesté cette jonction devant la chambre d’accusation, arguant qu’elle ne permettrait pas à son client de se défendre indépendamment de l’ex-DG de la Sogara. Me Nzigou craint que la juge d’instruction chargée de ce volet cherche à alimenter le dossier BLA avec des éléments de celui de Christian Patrichi Tanasa.

Selon nos sources, la juge a également nommé début juillet un expert en comptabilité, qui doit établir s’il y a effectivement eu détournements de fonds au sein des entreprises publiques citées dans l’enquête. L’avocat de BLA a également contesté cette décision, arguant que la magistrate ne pouvait ainsi sous-traiter son instruction.

Le cas du frère de BLA, Grégory Laccruche Alihanga, se retrouvera quant à lui dans les prochains jours devant la Cour de cassation. Sa défense a en effet déposé en mars une requête en inconstitutionnalité basée sur un supposé non-respect du contradictoire, laquelle doit être examinée ce 7 août.

Selon elle, Grégory Laccruche Alihanga n’avait pu se défendre lors de l’audience ayant abouti à son placement en détention, en décembre 2019. Une première requête pour violation de droits constitutionnels avait été rejetée en janvier 2020 par la chambre d’accusation, mais l’avocat de l’ancien maire d’Akanda avait fait appel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here