Les travailleurs gabonais réclament l’augmentation du SMIG à 300 000 FCFA

1
Les travailleurs gabonais réclament l’augmentation du SMIG à 300 000 FCFA
Les travailleurs gabonais réclament l’augmentation du SMIG à 300 000 FCFA

Africa-Press – Gabon. Dans leur manifeste lu et remis au Président de la Transition, le général Brice Clotaire Oligui Nguema le 01 mai 2024, à l’occasion de la célébration de la fête du travail, les organisations syndicales gabonaises des travailleurs, ont réclamé l’augmentation du SMIG à 300 000 FCFA.

« Nous revendiquons l’augmentation du SMIG à 300 000 FCFA », a plaidé devant le Chef de l’Etat, monsieur Pambo Pambo, représentant des organisations syndicales des travailleurs.

Ces organisations réclament, entre autres aussi, l’organisation du dialogue national tripartite, le règlement de la dette intérieure de l’Etat pour booster l’économie et permettre la création des emplois ; la revalorisation de la pension du secteur privé, la dernière datant de 1984 et la construction de la bourse du travail.

Elles veulent également la mise en place du Conseil national du dialogue social (CNDS), la révision des conventions collectives « devenues caduques », la « gabonisation des emplois » pour permettre aux gabonais d’en avoir la primauté, la suspension des délais de la taxe de la redevance sur les compteurs d’électricité et des « frais d’entretien imposés par la SEEG aux consommateurs » et la création d’une direction de la lutte contre la vie chère et la parafiscalité qui menacent le panier de la ménagère.

Tout en acceptant leur manifestation, le Président de la République, a répondu favorablement aux travailleurs à travers son première, Raymond Nong Sima qui a indiqué que le gouvernement s’attellera à mettre progressivement en œuvre certains projets.

« Je vais d’abord vous dire que les pouvoirs publics sont mobilisés pour satisfaire votre demande de régulation. Le chantier de la sécurisation du cadre juridique d’ensemble accordé avec la volonté affirmée le Président de la République à avoir un code du travail qui met l’accent sur la préférence nationale sera bien ouvert. Mais il le sera, travailleuses et travailleurs, puisque le principe de la continuité de l’Etat nous l’oblige dans le strict respect de nos engagements internationaux librement consentis. Il le sera aussi si nous mettons toutes nos intelligences à la préservation d’un climat social durablement apaisé. Inutile de vous rappeler à quel point les mouvements sociaux peuvent atteindre profondément le crédit d’un pays, perturbés, le fonctionnement des administrations publiques, freiné l’activité économique, favorisés la fermeture des entreprises et finalement aggravés le chômage », a-t-il souligné.

Avec pour principale thématique « la promotion du travail décent et du dialogue social permanent, une garantie de la stabilité sociale, de la croissance économique dans un monde en pleine mutation », la célébration de la journée internationale du travail au Gabon a eu lieu sans anicroche. Outre les centaines de décorations, près de 6000 personnes, représentant 187 entreprises ont défilé au boulevard triomphal de Libreville.

Sydney IVEMBI

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here