Pénurie d’essence à Faranah : le litre vendu jusqu’à 14 000 sur le marché noir

6
Pénurie d’essence à Faranah : le litre vendu jusqu’à 14 000 sur le marché noir
Pénurie d’essence à Faranah : le litre vendu jusqu’à 14 000 sur le marché noir

Africa-PressGuinée. Depuis dimanche dernier, la ville de Faranah connait une pénurie de carburant (notamment l’essence). La situation commence à perdurer et les vendeurs de carburant sur le marché noir font de cette pénurie leurs choux gras pour spéculer sur le prix de l’essence. Le litre se négocie actuellement entre 11 000 et 14 000 francs guinéens. Une situation que déplore l’inspecteur préfectoral de l’office national des pétroles de Faranah, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans cette préfecture de la Haute Guinée.

Selon les autorités, la présente pénurie est due à la présence à Faranah d’un nombre considérable de citoyens qui y sont allés à l’occasion de la fête de Tabaski. Cela aurait fortement fait grimper la demande alors que la disponibilité n’a pas suivi la courbe. Et conséquence, dans la ville, plusieurs stations sont aujourd’hui à court d’essence. Cependant, sur le marché noir, les vendeurs font la course au profit sur le dos des pauvres populations. Ils fixent le prix en fonction de la tête et de l’urgence du client.

Rencontré hier, mardi 27 juillet 2021, l’inspecteur Préfectoral de l’office national des pétroles, Moustapha Koulibaly, a déploré cette situation qui pénalise les populations. Il assure également que des dispositions sont déjà prises pour régler ce désagrément.

« Nous nous connaissons la consommation journalière de la ville de Faranah, c’est en fonction de ça nous travaillons pour satisfaire la population. Mais, comme vous le savez, la fête qui vient de passer, il y a eu une forte pression de demande. Donc, des gens qui étaient venus pour fêter ont augmenté la demande ; et, du coup, cela a fait que la consommation habituelle a été dépassée. Ensuite, il y a la mauvaise foi de la population de Faranah de prendre des quantités de bidon et emmagasiné à la maison pour faire des spéculations et l’état de la route Conakry-Faranah. Donc, c’est tous ces paramètres qui ont fait qu’on n’a pas pu maîtriser la situation ; et, dans ces deux jours là on a eu des petits soucis au niveau de l’essence. À la station d’essence qui est en face de la Bicigui, il y a 12000 litres dans la cuve. Mais, j’ai ordonné à la station d’arrêter toutes les opérations de vente, de ne mettre que dans les véhicules. Cela va nous permettre de rationaliser jusqu’à ce que les camions qui sont en cours de route soient arrivés à Faranah. Que la population soit rassurée, les dispositions nécessaires ont été prises à partir de Conakry, il y a les camions qui sont déjà en cours de route. Donc, nous allons gérer de tels sortes que ça ne va pas être mis dans les bidons, parce qu’ils (les vendeurs au marché noir) font des spéculations », a indiqué Moustapha Koulibaly.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here