Maison centrale de Conakry : « Dadis Camara et Cie seront extraits pour la première audience » Me Abdoulaye Keita

10
Maison centrale de Conakry : « Dadis Camara et Cie seront extraits pour la première audience » Me Abdoulaye Keita
Maison centrale de Conakry : « Dadis Camara et Cie seront extraits pour la première audience » Me Abdoulaye Keita

Africa-Press – Guinée. Une nouvelle page s’ouvre pour la Guinée. Ce mercredi, 28 septembre 2022, c’est l’ouverture officielle du procès des évènements du 28 septembre 2009, au stade du même nom à Dixinn. Ce procès a longtemps été réclamé par les parents, amis et victimes de la répression sanglante sous le régime militaire du CNDD (Comité national pour la démocratie et le développement) au moment des faits. Selon les statistiques données par les Nations-Unies, plus de 150 personnes avaient été tuées ce jour.

Dadis Camara, Moussa Thiégboro Camara, Claude PIVI et trois autres de leurs co-accusés ont passé leur première nuit en prison. Ils ont donc rejoint trois autres qui étaient déjà en prison avant même le coup d’État du Colonel Mamadi Doumbouya. Ainsi, le groupe de Dadis Camara a complété à 9 le nombre de militaires anciens dignitaires du CNDD. Après leur emprisonnement, les accusés des crimes du 28 septembre 2009 seront extraits de la maison centrale pour prendre part à la première audience au tribunal ad hoc basé à la Cour d’Appel de Conakry.

« Les accusés vont venir pour l’ouverture officielle des audiences, si le bon Dieu accepte. On attend l’ouverture des audiences pour démontrer nos arguments de défense en faveur de nos clients. En tout cas, nous sommes fin prêts. On attend de voir comment le procès va se dérouler pour tirer des conclusions en la matière », a-t-il confié.

Maître Abdoulaye Keita, avocat de Moussa Thiégboro Camara, a déclaré que le procès démarre ce mercredi, 28 septembre 2022, a une dimension nationale et internationale. « Je pense que c’est un procès à une dimension nationale et internationale, et nous estimons qu’il va se passer dans les meilleures conditions », a-t-il exprimé.

La détention de Dadis Camara et ses co-accusés est qualifiée d’illégale par leurs avocats chargés de les défendre. Pour maître Abdoulaye Keita, ces prévenus dans le dossier du 28 septembre 2009, ont été envoyés en prison en violation de la procédure en la matière. « C’est une émotion pour nous les avocats chargés de défendre des accusés avec toute la violation de la loi. N’oubliez pas que nos clients ont été déposés à la maison centrale sans un titre exécutoire, sans prise de corps. Donc, l’ordonnance a été rendue sans ces documents de procédure. Nous, on pensait que le régisseur de la maison centrale allait refuser de les recevoir, parce-que y’a pas de mandat, ni un titre exécutoire. Donc, c’est une déception, c’est une violation de la loi les concernant », a-t-il indiqué.

À noter que la sécurité est largement renforcée au niveau de l’entrée de la cour d’appel de Conakry où est basé le tribunal ad hoc, chargé de juger l’affaire du 28 septembre 2009. À rappeler que les prévenus ne sont toujours pas extraits de la prison de Coronthie pour le lieu de la cérémonie officielle.

Avec le début de ce procès, la Guinée a désormais une date à triple histoire. C’est le 28 septembre.

1- Le 28 septembre 1958, la Guinée a dit « NON » au Général De Gaulle.

2- Le 28 septembre 2009, jour des massacres au stade du 28 septembre de Dixinn et

3- Le 28 septembre 2022, jour de l’ouverture du procès des crimes du 28 septembre 2009.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here