Procès du 28 septembre : Maître Mohamed Abou Camara croit en l’innocence de Marcel Guilavogui

2
Procès du 28 septembre : Maître Mohamed Abou Camara croit en l’innocence de Marcel Guilavogui
Procès du 28 septembre : Maître Mohamed Abou Camara croit en l’innocence de Marcel Guilavogui

Africa-Press – Guinée. Les plaidoiries des avocats de la défense se sont poursuivies mercredi au tribunal criminel de Dixinn. La défense de Marcel Guilavogui qui plaide pour son acquittement, continue de réclamer des preuves pouvant incriminer les accusés.

Pour Maître Mohamed Abou Camara, ‘’tout ce qui a été cité dans ce dossier comme infractions doit être prouvé’’. Il précise que ‘’quand il s’agit de viol, il ne s’agit pas de faire un bavardage inutile. Le viol se prouve’’.

L’homme de droit assure que ‘’l’absence de toute volonté est fonction de ce qui peut être visible, soit la chemise, des habits déchirés, mais il n’y a aucune preuve’’.

Il assure que tout au long du procès, ‘’aucun témoin n’est venu avec des preuves pour charger nos clients’’, avant de se demander ‘’comment condamner un accusé pour tortures, assassinats ou viols sans preuves. C’est déclaration contre déclaration ».

Cet avocat de Marcel Guilavogui affirme que ‘’l’équité voudrait que les témoins viennent, qu’on examine publiquement les preuves et que les témoignages recueillis de part et d’autre soient concordants. C ‘est l’exigence de la loi. Si ce n’est pas le cas, est-ce qu’on peut entrer en condamnation ?’’

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here