Sanctions récurrentes de journalistes par la HAC : l’antenne du SPPG à Boké hausse le ton

6
Sanctions récurrentes de journalistes par la HAC : l’antenne du SPPG à Boké hausse le ton
Sanctions récurrentes de journalistes par la HAC : l’antenne du SPPG à Boké hausse le ton

Africa-Press – Guinée. Dans une déclaration publiée hier, mercredi 28 septembre 2022, l’antenne du Syndicat de la presse professionnelle de Guinée (SPPG) à Boké a fustigé les convocations et les sanctions récurrentes de journalistes par la HAC (Haute Autorité de la Communication). Ce syndicat a aussi interpellé les journalistes au respect des règles et principes qui gouvernent l’exercice de leur métier, surtout en cette période de Transition.

Cette déclaration a été lue par Fodé Oumar Camara, le secrétaire régional du SPPG de Boké. Et, devant les journalistes locaux, il a exprimé le regret du syndicat de la presse professionnelle de Guinée face à la hargne de la HAC contre les professionnels de médias.

« Depuis quelques mois, nous constatons avec regret la convocation de certains de nos confrères à Conakry par la HAC. Ces convocations sont parfois assujetties de suspension des journalistes et des émissions. En ce jour du 28 Septembre 2022 qui marque le Non à la colonisation, nous professionnels de média disons Non au musellement des médias et Oui à la liberté de la presse. Nous exprimons notre soutien aux journalistes déjà interpellés ou suspendus par la HAC », a dit Fodé Oumar Camara.

Par ailleurs, le secrétaire régional du SPPG de Boké a invité les journalistes à plus de responsabilité dans le traitement et la diffusion de l’information.

« Chers camarades professionnels de la presse, en cette période particulièrement critique de l’évolution historique de notre chère patrie, n’oublions pas qu’on est citoyen d’abord. C’est pourquoi nous aimerions rappeler à vous confrères la nécessité du respect de l’éthique et de la déontologie de notre métier. La Transition étant une période sensible, chaque journaliste doit davantage mesurer sa responsabilité sociale dans le traitement de l’information à travers un recoupement de source crédible. Ceci garantit notre liberté d’expression conformément à la loi qui nous donne ce droit », a indiqué Fodé Oumar Camara.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here