Abus de confiance : Oumar Pathé Bah condamné au TPI de Mafanco

2
Abus de confiance : Oumar Pathé Bah condamné au TPI de Mafanco
Abus de confiance : Oumar Pathé Bah condamné au TPI de Mafanco

Africa-Press – Guinée. Âgé de 32 ans et agent commercial, Oumar Pathé Bah a comparu hier, lundi 28 novembre 2022, devant le tribunal correctionnel de Mafanco pour répondre des faits d’abus de confiance qui lui sont reprochés. Et, pour ces faits, le tribunal l’a reconnu coupable et l’a condamné à un an de prison assortie de sursis.

Dans cette affaire, le prévenu (Oumar Pathé Bah) travaillait avec Amadou Korka Sow. Ce dernier lui donnait de l’argent en francs guinéens pour faire le change. C’est dans ce cadre qu’il a reçu 68 390 000 francs guinéens. Mais, dès après cela, il est devenu injoignable. Alors, la partie civile a fini par porter plainte contre lui. Et, c’est ce qui a conduit à son arrestation et son placement sous mandat de dépôt depuis le 16 novembre 2022.

A la barre ce lundi, Oumar Pathé Bah n’a pas nié les faits qui lui sont reprochés. Mais, pour sa défense, il a indiqué avoir eu un accident de travail.

« Je travaillais avec lui (Amadou Korka Sow), mais j’ai eu un accident de travail. Quelqu’un m’a remis un chèque sans provision. Mais, j’ai deux parcelles que j’ai cédé à Amadou Korka Sow, mais il s’est précipité pour porter plainte », a-t-il regretté avouant tout de même qu’il y avait un souci au niveau des parcelles, puisque quelqu’un d’autre en a réclamé la propriété.

Présent à l’audience, Amadou Korka Sow (le plaignant) a été invité à donner sa part de vérité. Mais, il s’est contenté de dire qu’il se désiste de son action. Ce qui n’a pas empêché le ministère public de demander la condamnation de Oumar Pathé Bah.

« Il n’a apporté aucun justificatif sur le fait qu’il a eu un accident de travail. Les faits sont établis. Alors nous requérons qu’il (Oumar Pathé Bah) soit déclaré coupable des faits d’abus de confiance et qu’il soit condamné à un an de prison assortie de sursis et au paiement de 500 000 francs guinéens », a-t-il requis.

De son côté, l’avocat de la défense a sollicité « la dispense de peine » pour son client.

« Sur sa personnalité, rien ne prouve que c’est un délinquant dangereux. Ce prévenu est un novice et chacun a droit à une seconde chance », a-t-il estimé, tout en demandant au tribunal de lui accorder la dispense de peine, parce que le préjudice a été réparé et le trouble qui en a résulté a cessé.

Finalement, le tribunal a condamné Oumar Pathé Bah à un an de prison assortie de sursis et au paiement de 400 000 francs guinéens d’amende.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here