Une cicatrice métallique découverte sur une étoile cannibale

1
Une cicatrice métallique découverte sur une étoile cannibale
Une cicatrice métallique découverte sur une étoile cannibale

Africa-Press – Guinée. Dans quelques milliards d’années, le Soleil entamera une nouvelle phase de sa vie et grossira fortement pour se transformer en géante rouge, puis il se refroidira lentement pour devenir une naine blanche, ultime stade de son existence. Au passage, les planètes telluriques (Mercure, Vénus, Terre et Mars) connaîtront de grands chamboulements.

Les premières pourraient être détruites et des dernières ne subsisteront que leur noyau. Une grande quantité de matière, dont de très gros restes planétaires, pourraient donc se retrouver errant autour de la naine blanche nouvellement formée. Et celle-ci d’en avaler quelques-uns: la cicatrice de ce processus vient d’être identifiée grâce au Très grand télescope (VLT) de l’Observatoire européen austral (ESO).

Un morceau de la taille de Vesta

La cicatrice observée consiste en une concentration de métaux, autrefois contenu dans le manteau d’une planète, imprimés sur la surface de la naine blanche WD 0816-310, vestige de la taille de la Terre d’une étoile similaire à notre Soleil, mais un peu plus grande. “Nous avons démontré que ces métaux proviennent d’un fragment planétaire aussi grand, voire plus grand, que Vesta, qui mesure environ 500 kilomètres de diamètre et qui est le deuxième plus grand astéroïde du système solaire”, explique, dans un communiqué de l’ESO, Jay Farihi, professeur à l’University College de Londres et coauteur de l’étude, publiée dans la revue The Astrophysical Journal Letters.

Pour détecter cette cicatrice stellaire, les astrophysiciens ont utilisé les spectrographes FORS2 et X-Shooter installés sur le VLT pour observer la signature du métal dans l’étoile. Mais contrairement à ce qui était attendu, ce métal ne se trouvait pas uniformément réparti dans la naine blanche. En effet, la force du signal perçu changeait au fur et à mesure que l’étoile tournait, ce qui suggère que les métaux sont concentrés sur une zone spécifique de la surface de l’astre.

Le rôle des champs magnétiques

Les chercheurs ont également constaté que ces changements étaient synchronisés avec les variations du champ magnétique de la naine blanche, ce qui indique que la cicatrice métallique est située sur l’un de ses pôles magnétiques. Ces indices suggèrent que la matière métallique a été volatilisée près de la naine blanche, mais aussi ionisé (des électrons ont été arrachés des atomes par les rayonnements de l’étoile). Ce substrat a par la suite été guidé vers le pôle magnétique par le champ magnétique de la naine blanche. Un processus qui présente des similitudes avec la formation des aurores polaires sur Terre et sur Jupiter.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here