Végétarien, végétalien : quels sont les véritables bénéfices d’une alimentation à base de plantes ?

3
Végétarien, végétalien : quels sont les véritables bénéfices d’une alimentation à base de plantes ?
Végétarien, végétalien : quels sont les véritables bénéfices d’une alimentation à base de plantes ?

Africa-Press – Guinée. Manger moins de viande (ou plus du tout) serait bon pour la planète, mais aussi pour notre santé. En France, seulement 2 % des personnes déclarent ne pas manger du tout de viande (végétariens ou végétaliens), selon une enquête réalisée par l’Ifop pour FranceAgriMer – une proportion comparable à celle d’autres pays européens. Mais 24 % se considèrent flexitariens, c’est-à-dire qu’ils essaient de diminuer leur consommation de produits carnés. Et la raison principale qu’ils avancent pour expliquer cette volonté de remplacer progressivement la viande par des produits à base de plantes est que “cela contribue à être en bonne santé, bien dans son corps”.

Une nouvelle étude publiée le 15 mai 2024 dans la revue Plos One par des chercheurs de l’Université de Bologne (Italie) leur donne raison, montrant qu’en effet, les régimes à base de plantes protègent contre certaines maladies. Cette revue “parapluie” (synthèse d’études et de méta-analyses) englobe toutes les études parues entre 2000 et 2023 sur l’impact de l’alimentation à base de plantes sur les maladies cardiovasculaires et le cancer. Un total de 48 études ont été analysées, dont 75 % sont considérées de bonne ou très bonne qualité. Voici leurs principales conclusions.

Les régimes à base de plantes diminuent le niveau de cholestérol

Les personnes végétariennes ou végétaliennes (qui ne consomment aucun produit d’origine animale, y compris le lait ou les œufs) ont des niveaux plus bas de cholestérol que les omnivores. Cet effet est surtout visible chez les personnes avec un IMC (indice de masse corporelle) inférieur à 30 kg/m2, même s’il existe aussi chez les personnes obèses.

Cette baisse est due uniquement à une diminution du niveau du “mauvais cholestérol” (LDL, pour lipoprotéine de basse densité, chargée de transporter le cholestérol dans le corps). Un niveau élevé de LDL est un facteur de risque connu pour les maladies cardiovasculaires, donc cette baisse pourrait être protectrice. En revanche, ces régimes n’ont pas d’impact sur le “bon cholestérol” (HDL, pour lipoprotéine de haute densité, chargée de capter l’excès de cholestérol pour l’éliminer).

Les régimes à base de plantes diminuent la pression artérielle

Comme pour le cholestérol, une alimentation à base de plantes (végétarienne ou végétalienne) a une incidence significative sur la pression artérielle, notamment sur la pression systolique (PAS), au moment de la contraction du cœur (mais certaines études montrent aussi une baisse de la pression diastolique, lorsque le cœur se relâche).

Les végétariens et végétaliens ont moins de maladies cardiovasculaires

Les régimes à base de plantes diminuent l’incidence de maladies cardiovasculaires, notamment de maladies coronariennes (qui affectent les artères qui alimentent le cœur), et d’accident vasculaire cérébral (AVC), particulièrement lorsque ce régime est accompagné d’une complémentation en vitamine B pour éviter des carences (notamment la vitamine B12, indispensable au développement neurologique, cérébral et cognitif de l’enfant n’est présente que dans les produits d’origine animale).

Ces régimes pourraient protéger contre le diabète et l’obésité

Une grande partie des études analysées montre que les personnes suivant un régime végétarien ont un indice de masse corporelle plus bas que les omnivores. Cet effet est encore plus puissant pour les végétaliens, dont l’IMC est même plus bas que celui des végétariens. Leur glycémie (taux de glucose dans le sang) est aussi plus basse, ce qui pourrait être protecteur contre le diabète de type 2.

L’alimentation à base de plantes protège contre certains cancers, dont le cancer colorectal

Les personnes végétariennes ou végétaliennes semblent avoir moins de risques de développer certains cancers. Cet effet protecteur est visible avec le cancer de prostate, du pancréas, mais surtout avec le cancer du côlon (ce dernier étant associé à la consommation de viande rouge).

La mortalité causée par les maladies cardiovasculaires baisse aussi

Conséquence logique de ces améliorations de la santé cardiovasculaire, le risque de mortalité des végétariens est plus bas en ce qui concerne les maladies coronariennes (il n’y avait pas d’études sur la mortalité par ces maladies pour les végétaliens). En revanche, cet effet n’est pas visible pour la mortalité causée par d’autres maladies cardiovasculaires ni pour les cancers, y compris celui du côlon.

Plus de recherche est nécessaire avant de conseiller ces régimes à toute la population

Les auteurs soulignent que malgré ces résultats encourageants, il est encore trop tôt pour conclure définitivement sur les bienfaits des régimes à base de plantes. Principalement car les études publiées sont difficilement comparables, puisqu’elles diffèrent dans les régimes alimentaires étudiés, ainsi que les populations, les durées de régimes, etc. Aussi, les régimes trop restrictifs peuvent entrainer des carences qui peuvent nuire à la santé. Par exemple, les régimes végétaliens (et, dans une moindre mesure, les régimes végétariens) augmentent le risque de fractures.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here