Sommet de l’eau : la société civile plaide pour un sursaut politique mondial

2
Sommet de l’eau : la société civile plaide pour un sursaut politique mondial
Sommet de l’eau : la société civile plaide pour un sursaut politique mondial

Africa-Press – Guinee Equatoriale. Alors que se déroule à Dakar, du 21 au 25 mars, le Forum mondial de l’eau, sept représentantes de réseaux régionaux et mondiaux, rassemblant plus de 850 organisations, appellent les dirigeants des cinq continents à s’engager, et leur proposent cinq mesures majeures.

L’eau est l’enjeu social et écologique majeur du XXIe siècle. Le monde est confronté à deux grands défis : d’une part, fournir un accès universel à l’eau potable et à l’assainissement – alors que des milliards de personnes sont toujours privées de ce droit humain fondamental –, d’autre part, assurer une gestion durable, équitable et inclusive de l’eau, alors que nos ressources en eau sont soumises à des pressions croissantes et multiples : pollution, surexploitation, destruction des écosystèmes… La concurrence exercée sur ces ressources, de plus en plus dégradées, est une menace pour la paix.

Crise globale

Le Forum mondial de l’eau, qui se déroule du 21 au 25 mars au Sénégal, se voulait être le lieu pour une mobilisation politique de grande ampleur face à ces défis. Nous regrettons que, pour de multiples raisons, aucun des deux sommets annoncés, le sommet de chefs d’État et le sommet extraordinaire de l’Union africaine, n’ait lieu. Un engagement politique fort pour la problématique de l’eau et la préservation de cette ressource vitale est pourtant indispensable, sachant que la dernière – et unique – conférence intergouvernementale des Nations unies sur l’eau remonte à 1977.

L’eau est gérée principalement localement, mais la crise de l’eau est globale : elle concerne l’ensemble de la communauté internationale. L’eau est un cycle, c’est une seule et même ressource. Elle est fortement affectée par le changement climatique et, comme le climat, elle ne connaît pas les frontières. C’est pourquoi des réponses mondiales à la hauteur des enjeux s’imposent.

Nos organisations et leurs membres, issus des cinq continents, appellent à cinq changements politiques majeurs pour répondre à la crise de l’eau :

1. Une volonté politique plus forte. Car l’inaction politique est le principal frein aux progrès dans nombre de pays.

2. Une gouvernance de l’eau renforcée. Car l’eau est un bien commun qui doit être géré de façon démocratique et durable.

3. Des citoyens et une société civile activement impliqués. Car l’eau est l’affaire de toutes et tous, au premier rang desquels les femmes et les jeunes.

4. Des engagement financiers forts et transparents. Car nous devons quadrupler les investissements annuels pour atteindre une couverture universelle en eau et assainissement d’ici à 2030, en garantissant l’accès à l’information et la transparence dans les décisions et les financements.

5. Un cadre multilatéral renouvelé. Car nous avons besoin de l’engagement diplomatique de toute la communauté internationale pour prendre les décisions collectives qui s’imposent.

Relever les défis de l’eau et de l’assainissement n’est pas impossible mais nécessite une action politique urgente. Quarante-six ans après la conférence de 1977, les Nations unies organiseront une conférence intergouvernementale sur l’eau en mars 2023 à New York. À un an de cette échéance majeure, nous avons besoin d’un sursaut mondial pour l’eau !

Liste des signataires

Mame Tacko Diallo, coordinatrice, Plateforme des OSC Eau et Assainissement du Sénégal (Posceas) – Sarah Dousse, coordinatrice de l’Effet Papillon et directrice exécutive du Secrétariat international de l’eau – Sareen Malick, coordinatrice, African Civil Society Network on Water and Sanitation (Anew) – Lajana Manandhar, coordinatrice régionale, Freshwater Action Network South Asia (Fansa) – Sandra Métayer, coordinatrice, Coalition Eau – Nathalie Seguin, coordinatrice, Freshwater Action Network Mexico (FanMex) – Lesha Witmer, coordinatrice, European Pact for Water (EPfW).

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinee Equatoriale, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here