Pourquoi l’intérêt croissant des Etats-Unis pour l’Afrique et les crises dans la Corne de l’Afrique ?

1
Pourquoi l’intérêt croissant des Etats-Unis pour l’Afrique et les crises dans la Corne de l’Afrique ?
Pourquoi l’intérêt croissant des Etats-Unis pour l’Afrique et les crises dans la Corne de l’Afrique ?

Anouar CHENNOUFI

Africa-Press – Madagascar. Avant de « creuser » davantage dans ce qu’on considère comme un intérêt croissant des Américains pour les crises en Corne de l’Afrique, essayons d’abord de voyager un peu dans la « mémoire politique expansive » des Etats-Unis sur le Continent africain.

La plupart des estimations indiquent que l’arrivée au pouvoir du président Joe Biden aux États-Unis, qui a effectivement eu lieu le 20 janvier 2021, marquera probablement le début d’un nouveau départ dans le cours des relations américano-africaines, qui ont connu un net déclin durant la présidence de Donald Trump, qui a permis aux parties internationales concurrentes, notamment la Chine et la Russie, de jouer un rôle de premier plan au détriment de l’influence américaine sur le continent, ce qui a fait pression sur la nouvelle administration Biden, qui appelle à se précipiter pour formuler une nouvelle politique américaine, notamment stratégique, vis-à-vis de l’Afrique afin de tourner la page du passé récent et d’ouvrir de nouveaux horizons qui contribuent à renforcer l’influence des Américains sur le continent africain lequel comptera 2,5 Milliards d’habitants dans quelques décennies, dans le cadre des efforts de Biden pour restaurer à nouveau le rôle de leadership de Washington dans le système mondial.

Nous constatons d’ailleurs qu’il y a des premières indications positives de la possibilité de faire un saut qualitatif dans l’avenir des relations américano-africaines au cours de la période à venir, et la coopération dans de nombreux dossiers et questions d’intérêt commun étroitement liés, dans le but d’assurer et de renforcer les intérêts stratégiques des deux parties, qui s’expriment clairement par l’état de satisfaction dans la plupart des milieux africains depuis la fin d’une époque, la montée au pouvoir de Trump et Biden d’une part, et la volonté de la nouvelle administration Biden de transcender l’étape précédente avec ses négatifs et d’ouvrir de nouveaux horizons dans les relations, d’autre part.

Selon les experts en la matière, nous ne devons pas négliger le changement de la nature de l’environnement international au cours de la période actuelle par rapport à ce qu’il était sous l’administration du président Obama, notamment en ce qui concerne la croissance de l’influence internationale sur le continent africain, en particulier chinoise, ainsi que les influences économiques mondiales dues à la propagation de la pandémie de Covid-19, qui peut appeler à ne pas précipiter l’administration Biden pour renforcer ses orientations africaines. En d’autres termes, un changement complet de la politique de Washington envers l’Afrique, du moins dans la première phase de l’administration de Biden, est peu probable, étant donné que l’attention se concentrera principalement sur les défis de l’intérieur américain jusqu’à la formulation d’une stratégie américaine globale envers l’Afrique.

Révélation américaines du 8 août 2022

Ce jour-là, les États-Unis ont révélé une reformulation globale de leur politique, à titre d’exemple en Afrique subsaharienne, où ils entendent affronter la présence russe et chinoise et développer des méthodes non militaires contre le terrorisme.

Cette nouvelle stratégie, qui tient compte de l’importance et du poids démographiques croissants de l’Afrique aux Nations Unies ainsi que de ses vastes ressources naturelles et opportunités, coïncide avec le début du secrétaire d’État américain Anthony Blinken pour sa deuxième tournée africaine qui l’a conduit en Afrique du Sud, en République démocratique du Congo et au Rwanda.


Anthony Blinken en compagnie de Naledi Pandor à Pretoria

Ce changement intervient également à un moment où certains affirment que l’accent mis par les États-Unis sur la lutte militaire contre les groupes terroristes en Afrique n’a pas donné de résultats significatifs.

Les Etats-Unis en quête d’un vrai partenariat

Lors de sa visite à Pretoria, le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken a affirmé que les Etats-Unis souhaitent un « vrai partenariat » avec l’Afrique, soulignant que son pays ne veut pas « dépasser » l’influence des autres puissances mondiales sur le continent.

« Avant tout, nous attendons avec impatience un véritable partenariat entre les Etats-Unis et l’Afrique. Nous ne voulons pas d’une relation déséquilibrée », avait-il déclaré Blinken lors d’une conférence de presse aux côtés de son homologue sud-africain Naledi Pandor.

Dès son arrivée dans la capitale de l’Afrique du Sud, première étape de sa tournée sur le continent africain, Blinken a dévoilé sa vision stratégique pour le continent, au cours d’un discours prononcé à l’Université de Pretoria.

Voyons donc l’intérêt croissant américain pour la Corne de l’Afrique

Le 24 juillet de cette année, l’envoyé spécial américain pour la Corne de l’Afrique, Mike Hammer, a entamé une tournée qui l’a mené en Égypte, aux Émirats arabes unis et en Éthiopie ; une visite qui s’est poursuivie jusqu’au 1er août, à un moment où les crises s’intensifiaient dans la Corne de l’Afrique et ses environs régionaux, similaire à :

• la crise en cours entre le gouvernement éthiopien et le Front de libération du peuple du Tigré,

• les négociations hésitantes du barrage de la Renaissance,

• l’augmentation de l’activité des organisations terroristes dans la région

• et l’aggravation de la crise de la sécurité alimentaire dans de nombreux pays africains en raison de la guerre russo-ukrainienne.


La Corne de l’Afrique

Ce qui est remarquable dans ce contexte, c’est que cette visite a été précédée d’une autre visite de l’administrateur de l’USAID, Samantha Power, en Somalie et au Kenya, du 22 au 24 juillet.

Pour ainsi dire, les visites des deux responsables américains dans les pays arabes et africains interviennent à la lumière de l’intérêt croissant de l’administration du président Joe Biden pour l’Afrique, qui a été exprimé par la vice-présidente américaine Kamala Harris, lors de sa participation virtuelle à l’American-African Business Summit, le 20 juillet 2022, au cours duquel elle a annoncé l’accueil des Etats-Unis durant la période du 13 au 15 décembre prochain, du Sommet des dirigeants des Etats-Unis et d’Afrique, et a souligné, selon le communiqué de la Maison Blanche, l’importance des relations entre Washington et les pays africains, ainsi que le renforcement de la coopération sur les priorités mondiales communes.


Une caricature de Joe Biden dialoguant avec sa Vice-présidente Kamala Harris qui en dit trop au sujet de l’Afrique

Quelles sont les affaires majeures ?

Les discussions que Mike Hammer et Samantha Power ont eues lors de leurs récentes visites ont porté sur un certain nombre de questions centrales faisant avancer l’agenda africain de l’administration américaine, dont en particulier:

• 1- Parvenir à une solution diplomatique à la question du barrage de la Renaissance en Ethiopie :

L’intérêt croissant de l’administration américaine pour cette question s’est traduit par la première visite du président américain Joe Biden au Moyen-Orient, durant la période du 13 au 16 juillet dernier, alors que la déclaration finale du sommet « Jeddah Security and Development » tenu le 16 du même mois, a insisté pour soutenir la sécurité de l’eau égyptienne, et la nécessité de parvenir à un accord sur le remplissage et l’exploitation du barrage de la Renaissance dans un délai raisonnable, comme stipulé dans la déclaration du président du Conseil de sécurité de l’ONU le 15 septembre, et conformément au droit international.

Confirmant l’intérêt de l’administration américaine pour cet épineux dossier, la déclaration du département d’État américain, le 23 juillet, a indiqué que la mission de Hammer lors de sa visite était de fournir un soutien américain visant à trouver une solution diplomatique aux problèmes liés au barrage de la Renaissance, d’une manière qui sert les intérêts de toutes les parties et contribue à plus de paix et de stabilité dans la région, et qu’il se consultera à Addis-Abeba avec l’Union africaine, qui parraine les pourparlers sur le barrage.

L’envoyé spécial des États-Unis pour la Corne de l’Afrique a souligné également que l’administration américaine s’efforçait de formuler une solution diplomatique à la crise du barrage de la Renaissance, dans le cadre de la vision plus large des États-Unis visant à éviter les conflits et les crises dans la Corne de l’Afrique, qui auront des répercussions sur le Moyen-Orient et sur les intérêts américains qui s’y trouvent.

• 2- Accroître les chances de règlement de la crise éthiopienne :

L’administration du président américain attache une importance particulière à la fin de la crise entre le Gouvernement éthiopien et le Front de libération du peuple du Tigré, à la poursuite des violences dans le pays et aux violations contre les civils. Mais les efforts américains n’ont pas encore réussi à régler la crise, malgré les multiples pressions exercées par l’administration Biden contre les parties au conflit, et la signature par Joe Biden, le 17 septembre, d’un décret exécutif qui permet à l’administration américaine d’imposer des sanctions contre les belligérants situés dans la région du Tigré.

Dans le même temps, les États-Unis se sont concentrés sur la fourniture d’une aide humanitaire aux personnes touchées par le conflit (toujours en cours), en particulier à un moment où les pays de la Corne de l’Afrique sont confrontés à une crise alimentaire à la suite de la guerre russo-ukrainienne. Par conséquent, la déclaration du Département d’État américain a confirmé que Hammer, lors de sa deuxième visite à Addis-Abeba depuis sa nomination en tant qu’envoyé américain dans la Corne de l’Afrique, se concentrera sur l’examen des progrès réalisés dans l’acheminement de l’aide humanitaire, la responsabilité pour les violations des droits de l’homme et les abus, et les efforts pour faire avancer les pourparlers de paix entre les deux parties au conflit à la lumière de l’engagement continu de l’administration américaine en renforçant les efforts diplomatiques pour un processus politique inclusif qui apportera une paix, une sécurité et une prospérité durables à l’ensemble du peuple éthiopien.

Par ailleurs, la visite de Mike Hammer en Éthiopie représente une nouvelle tentative de l’administration américaine de pousser les parties belligérantes éthiopiennes à la table des négociations, pour mettre fin au conflit dans la partie nord du pays, sachant que cette visite intervient quelques jours après que les deux parties au conflit ont annoncé leur volonté de tenir des pourparlers de paix pour sortir de la crise. Le 14 juin dernier, le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a annoncé la mise en place d’un comité pour négocier avec les forces armées du district du Tigré.

• 3- Fournir une aide au développement pour contenir la crise alimentaire :

Alors que les pays de la Corne de l’Afrique sont touchés par les prix élevés des denrées alimentaires et les pénuries alimentaires, en raison de la guerre russo-ukrainienne, Washington s’est engagé à fournir près de 1,3 milliard de dollars d’aide humanitaire au développement dont ont besoin plus de 18 millions de personnes dans la région, et pour aider à atténuer la faim dans les zones les plus touchées par les crises alimentaires mondiales, selon l’ambassade des États-Unis au Caire.

Lors de la visite de Samantha Power en Somalie le 24 juillet 2022, elle a annoncé que les États-Unis fourniraient 476 millions de dollars d’aide humanitaire et de développement essentielle au peuple somalien.

• 4- Poursuite des efforts pour affronter les organisations terroristes :

La visite de Power en Somalie s’inscrivait dans le cadre du retour de l’intérêt de l’administration américaine pour ce pays après que Biden ait approuvé, le 16 mai de cette année, une demande du département américain de la Défense (Pentagone) de rétablir une présence continue des forces américaines en Somalie, dans un revirement de la décision de l’ancien président américain Donald Trump, en décembre 2020, de retirer environ 700 soldats américains de la Somalie, une décision que l’administration américaine actuelle a qualifiée de « hâtive », afin de faire face à la menace terroriste croissante posée par le mouvement somalien « Al-Shabab ». Les forces américaines fourniront conseils et assistance aux Somaliens dans leur lutte contre ce mouvement, mais elles ne participeront pas aux opérations de combat contre le mouvement.

• 5- Soutenir la voie démocratique au Soudan :

Bien que la récente visite de Hammer n’inclue pas le Soudan, cela ne signifie pas l’absence d’intérêt américain pour les développements internes soudanais, et les tensions persistantes entre les composantes civiles et militaires qui entravent le processus de transition démocratique dans le pays, car ce dossier est principalement traité par la sous-Secrétaire d’État aux affaires africaines Mary Catherine Phee, en coopération avec les partenaires régionaux et internationaux des États-Unis.

Pour conclure, il importe de noter qu’après une période de déclin de l’intérêt américain pour le continent africain pendant les années de règne de l’ancien président Donald Trump, l’administration Joe Biden a accordé une attention croissante au continent, qui est devenu une arène pour l’influence russe et chinoise, et pour les riches ressources inexploitées des pays africains, en plus des crises et des conflits qui affectent les intérêts et la sécurité nationale.

Par conséquent, l’administration a adopté de nombreuses mesures à tous les niveaux pour renforcer la présence américaine sur le continent et pour faire face à l’influence russe et chinoise qui s’y est installée, la dernière en date étant l’annonce de l’accueil du Sommet des dirigeants des États-Unis et d’Afrique, qui mettra l’accent sur le rôle de Washington pour aider les pays du continent :

• à atténuer l’impact de la pandémie de Covid-19 et des épidémies futures,

• à renforcer la sécurité alimentaire,

• à soutenir la paix et la sécurité sur le continent

• et à répondre à la crise du changement climatique qui affecte négativement les pays africains.

Le maccarthysme militaire américain en Afrique

Fin avril 2022, le Congrès américain avait adopté ce qui était connu sous le nom de «Loi sur la lutte contre les activités malveillantes de la Russie en Afrique », qui ordonnait au secrétaire d’État de préparer et développer une stratégie et un plan de mise en œuvre complet et de le soumettre au Congrès, qui définit les efforts des États-Unis pour contrer les activités d’influence et de malveillance de la Fédération de Russie et ses guerres par procuration en Afrique et à d’autres fins.

La stratégie s’est concentrée sur l’importance de l’Afrique, y compris évidemment la région de l’Afrique subsaharienne, pour faire avancer les priorités globales de Washington, avec ses avantages et les taux de croissance démographique les plus rapides au monde, les plus grandes zones de libre-échange et les écosystèmes les plus diversifiés, plutôt que d’être l’un des plus grands groupes de vote régionaux dans les nations unies. Et il est impossible (pour les États-Unis) de relever les défis actuels sans les contributions et le leadership africains.

Cette stratégie recadre l’importance de la région pour les intérêts de sécurité nationale des États-Unis et formule une « nouvelle vision » sur la manière de s’engager en Afrique et dans ses périphéries, et établit d’autres domaines d’intérêt, dont les quatre objectifs identifiés ci-dessous pour approfondir les priorités américaines avec des partenaires en Afrique subsaharienne au cours des cinq prochaines années (2022-2026) :

• promouvoir l’ouverture et les sociétés ouvertes,

• assurer des retours démocratiques et sécuritaires,

• faire des progrès dans la reprise pandémique et les opportunités économiques,

• Soutenir par la suite la préservation de l’environnement, l’adaptation au climat et la transition juste des sources d’énergie.

Les Etats-Unis savent que les autres pays du G7 courtisent à leur tour le Continent africain ,Tout comme la Chine qui en tire profit , Ou encore la Russie qui a planifié d’en devenir le « super protecteur »

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Madagascar, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here