FLORENT RAKOTOARISOA – « La voix du peuple est la voix de Dieu »

2
FLORENT RAKOTOARISOA - « La voix du peuple est la voix de Dieu »
FLORENT RAKOTOARISOA - « La voix du peuple est la voix de Dieu »

Africa-Press – Madagascar. Après avoir proclamé publiquement la victoire au premier tour de Andry Rajoelina, Florent Rakotoarisoa, président de la HCC a tenu un discours et a félicité le président élu.

“Vox populi, vox Dei». Ce sont les termes utilisés par Florent Rakotoarisoa, président de la Haute Cour Constitutionnelle, hier, à Ambohidahy, lors de la cérémonie de proclamation des résultats officiels de l’élection présidentielle du 16 novembre, pour demander, aux candidats perdants, de respecter le choix du peuple et d’accepter la défaite afin de préserver l’apaisement, car la voix du peuple est la voix de Dieu. Malgré le taux de participation des électeurs revu à la baisse, le président de l’Institution d’Ambohidahy insiste sur le fait qu’aller voter est un droit alors que l’abstention est un choix. Il a quand même avoué que tout n’a pas été parfait sauf que les petits incidents par-ci et par-là n’ont pas eu d’impact sur le processus électoral et sur les résultats de l’élection.

Dans son discours, il a tenu à féliciter le président fraîchement élu Andry Rajoelina qui obtient la victoire dès le premier tour avec 58,96% des voix, soit 2 858 947 électeurs qui ont voté pour lui. Selon Florent Rakotoarisoa, Andry Rajoelina est expérimenté avec son premier mandat et il est tout à fait capable de mener le pays au développement.

Au milieu de son discours, le président de la Haute Cour Constitutionnelle envoie des piques à ceux qu’il considère comme les détracteurs de l’institution qu’il préside.

La réplique

À sa sortie de la cérémonie de restitution des rapports partiels des observateurs électoraux africains, au Novotel, peu après le jour du scrutin, Florent Rakotoarisoa a déclaré ne pas vouloir encore répondre à ses détracteurs, car il y a un temps pour parler et un temps pour se taire. Visiblement, le moment de parler est arrivé vu que dans son discours d’hier, il n’y est pas allé de main morte pour répondre aux critiques visant la HCC, surtout concernant la crédibilité de l’Institution et de ses membres. Il a mis un point d’honneur à faire la remarque sur la lecture faussée des textes de lois pour des professionnels du droit animés par les tendances politiques. Il pointe aussi du doigt l’agissement de certaines organisations de la société civile qui ne sont pas objectives dans leurs analyses.

Selon lui, Madagascar a maintenant un nouveau président de la République élu au suffrage universel direct et que la meilleure façon d’aider dans le développement du pays est de collaborer avec celui qui a été élu par le peuple. Pour appuyer sa plaidoirie, il prend l’exemple des membres de la communauté internationale. Sans le dire expressément, c’est la parfaite allusion pour déclarer tacitement que l’international cautionne le résultat de l’élection. Surtout que cela coïncide avec la publication d’un communiqué conjoint de neuf ambassades sur le fait qu’ils sont prêts à collaborer avec le nouveau Président. Cependant, les ambassadeurs et diplomates étrangers ne sont pas venus en nombre pour assister à la cérémonie d’hier.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Madagascar, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here