Que sont les «bombes sales» et à quel point sont-elles dangereuses ?

7
Que sont les «bombes sales» et à quel point sont-elles dangereuses ?
Que sont les «bombes sales» et à quel point sont-elles dangereuses ?

Africa-Press – Madagascar. La semaine dernière, le ministère russe de la Défense a affirmé que l’Ukraine prévoyait d’utiliser une “bombe sale” dans le but de rejeter la responsabilité de la contamination radioactive qui en résulterait sur Moscou.

Cette affirmation a été rejetée par l’Ukraine, ainsi que par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France dans une déclaration commune publiée le 23 octobre 2022.

Une bombe sale, également connue sous le nom de dispositif de dispersion radiologique (DDR), est une arme qui combine des explosifs conventionnels comme la dynamite et des matériaux radioactifs comme l’uranium.

Le but d’un tel dispositif est de disperser des matières radioactives dans la zone environnante où il est amené à exploser, provoquant ainsi une contamination dans le rayon de l’explosion.

Le terme “bombe sale” est parfois confondu avec d’autres dispositifs explosifs, notamment les armes nucléaires. Cependant, les armes nucléaires impliquent la division d’atomes, ce qui entraîne une énorme libération d’énergie.

Les bombes sales ont un rayon d’explosion beaucoup plus restreint et visent à disperser de la poussière, de la fumée ou d’autres matières radioactives plutôt que de détruire principalement des infrastructures.

D’après les recherches menées par des institutions nucléaires telles que la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis (Nuclear Regulatory Commission), la détonation d’une bombe sale ne libérerait pas suffisamment de radiations pour tuer des personnes ou provoquer des maladies graves.

Par rapport aux explosifs conventionnels, les bombes sales sont réputées moins dangereuses pour les personnes. Cependant, elles sont connues pour leur efficacité à répandre la peur et la panique.

Le risque environnemental causé par les bombes sales peut entraîner la nécessité de procéder à des nettoyages à grande échelle qui peuvent être financièrement coûteux.

Selon les chercheurs, l’ampleur de la contamination causée par l’explosion d’une bombe sale dépend de nombreux facteurs, dont la taille des explosifs, la quantité et le type de matériaux radioactifs utilisés et les conditions météorologiques à l’endroit où l’explosion a eu lieu.

L’utilisation d’une “bombe sale” n’a jamais été recensée, bien que des efforts pour combattre ou utiliser de tels dispositifs aient été signalés dans le passé.

Israël a effectué une série de tests dans le désert en conjonction avec un projet de quatre ans au réacteur nucléaire de Dimona afin de mesurer les dommages et autres implications de la détonation d’une bombe sale, a rapporté le journal Haaretz le 8 juin 2015.

En 1995, des rebelles tchétchènes ont posé- mais n’ont pas réussi à faire exploser- une bombe sale dans le parc Ismailovsky à Moscou.

Par ailleurs, les États-Unis ont arrêté Jose Padilla, un agent présumé d’Al-Qaïda, pour avoir comploté en vue de fabriquer et de faire exploser une bombe sale dans une ville américaine en 2002.

Burc Eruygur/AA

ISTANBUL (AA) – The Russian Defense Ministry last week claimed that Ukraine is planning to use a “dirty bomb” with an aim to blame the resulting radioactivity contamination on Moscow.

The claim was rejected by Ukraine, as well as the US, UK, and France in a joint statement released on Oct. 23, 2022.

A dirty bomb, also known as a radiological dispersal device, is a weapon that combines conventional explosives like dynamite and radioactive material such as uranium.

The aim of such a device is to scatter radioactive material into the surrounding area in which it explodes, thus causing contamination within the blast radius.

The term “dirty bomb” is sometimes mistaken for other explosive devices, especially nuclear weapons. However, nuclear weapons involve the splitting of atoms, resulting in a huge release of energy.

Dirty bombs have a much smaller blast radius and intend to scatter radioactive dust, smoke, or other material rather than primarily destroying infrastructure.

Based on research conducted by nuclear institutions like the US Nuclear Regulatory Commission, the detonation of a dirty bomb would not release enough radiation to kill people or cause severe illness.

Compared to conventional explosives, dirty bombs are said to be less harmful to people. However, they are noted to be efficient in spreading fear and panic.

The environmental hazard caused by dirty bombs can potentially result in the need for large-scale cleanups that can be financially costly.

The extent of the contamination caused by the blast of a dirty bomb depends on numerous factors, including the size of the explosives, the amount and type of radioactive material used and weather conditions where the blast took place, according to researchers.

The use of a “dirty bomb” has never been recorded, although efforts to combat or use such devices have been reported in the past.

Israel carried out a series of tests in the desert in conjunction with a four-year project at the Dimona nuclear reactor to measure the damage and other implications of the detonation of a dirty bomb, Haaretz newspaper reported on June 8, 2015.

In 1995, Chechen rebels planted but failed to detonate a dirty bomb in Moscow’s Ismailovsky Park.

Furthermore, the US arrested Jose Padilla, an alleged al-Qaeda operative, for plotting to build and detonate a dirty bomb in an American city in 2002.

Burc Eruygur/AA

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Madagascar, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here