SÛRETÉ AÉRIENNE – Les rangs des pompiers d’aérodromes s’étoffent

1
SÛRETÉ AÉRIENNE - Les rangs des pompiers d’aérodromes s’étoffent
SÛRETÉ AÉRIENNE - Les rangs des pompiers d’aérodromes s’étoffent

Africa-Press – Madagascar. Seize nouveaux soldats du feu viennent renforcer les rangs des pompiers d’aérodromes de la société Aéroports de Madagascar. Prêts à prendre du service, ils seront affectés dans les aéroports et aérodromes gérés par l’ADEMA.

Gages de sûreté. Sourires aux lèvres, diplômes en main, l’heure était à la réjouissance et aux festivités, hier pour les nouveaux pompiers d’aérodromes de la société Aéroports de Madagascar (ADEMA). La journée d’hier était en effet symbole de consécration pour les seize soldats du feu qui ont reçu leurs certificats de fin de formation, sanctionnant un cursus de toutes les épreuves. Méritée pour les élèves de la sixième promotion de pompiers «Marovahatse», un gage en plus pour la sûreté aéroportuaire dans les aéroports et aérodromes de la Grande Ile avec, à son actif plus d’une dizaine d’installations du genre.

Mais il s’agit aussi d’un travail qui n’est pas de tout repos ! Entre prévention des risques et gestion de catastrophes, leurs attributions sont diverses. Jean Germain Andrianianina, directeur général de l’Adema insiste sur l’utilité de ces pompiers particuliers dans les aéroports. «Ils sont investis de missions aussi diversifiées qu’essentielles. Ces pompiers sont, entre autres, chargés de prévenir toute sorte de catastrophes mais aussi chargés d’intervenir sur les lieux de sinistre pour sauver un maximum de vies, et pour préserver l’intégrité des appareils (aéronefs) qui peuvent encore être utilisés ultérieurement», explique-t-il. Un peloton de professionnels de soldats du feu qui a suivi une formation qui a duré au total quinze semaines avec douze semai-nes de cours théoriques à Antananarivo et trois semaines de pratique que ces élèves ont suivi à l’aéro-port international de Tuléar.

Professionnalisme sans faille

Les formations ont été dispensées avec le concours de l’École Nationale de l’Enseignement de l’aéronautique et de la Météorologie (Eneam). À en croire Hugues Emmanuel Randriamifidy Emmanuel, directeur général de l’Eneam, les qualités de formations dispensées par cet établissement aux élèves pompiers n’ont rien à envier à d’autres centres de formation pour le personnel des aéroports à l’international. «Nous sommes habilités à former une multitude de membres du personnel technique des aéroports, comme c’est le cas avec ces pompiers. Nous disposons actuellement des compétences et des certifications exigées par l’Aviation Civile de Madagascar et l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale», confirme-t-il. Une formation exemplaire qui dote ces nouveaux venus du professionnalisme requis dans l’intervention dans les situations à haut risque. C’est ce que Rado Rajoelison, président du Conseil d’administration de l’Adema et également secrétaire général du ministère des Transports, avait répété à cette nouvelle promotion. «Un professionnalisme sans faille», indispensable dans la gestion de la sécurité et de la sûreté aérienne. Et lui d’ajouter que «les pompiers fraîchement certifiés ont déjà démontré leurs capacités à veiller à la sécurité et la sûreté aérienne. Ils sont indispensables au bon fonctionnement de bon nombre de services aéroportuaires», dixit Rado Rajoelison.

Ces seize nouveaux pompiers seront affectés dans les 10 aéroports et aérodromes où le sauvetage et la lutte contre l’incendie sont assurés par l’Adema. En fonction des besoins en effectif pour les pompiers d’aérodromes, des appels à candidature sont lancés. Pour devenir pompier d’aérodromes, il est nécessaire d’avoir, au minimum un diplôme de baccalauréat, sanctionnant les études, plus une aptitude intellectuelle, psychotechnique et une condition physique à toute épreuve. à chaque appel, plus d’une centaine de candidats se ruent aux portes de l’Adema pour postuler, toutefois, seuls ceux qui sont déterminés et qui s’attachent fort à leurs racines «Vahatse» arrivent jusqu’à la fin.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Madagascar, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here