Le Président Bazoum demande aux partenaires du Niger leur accompagnement pour le retour des déplacés de la région de Diffa

3
Le Président Bazoum demande aux partenaires du Niger leur accompagnement pour le retour des déplacés de la région de Diffa
Le Président Bazoum demande aux partenaires du Niger leur accompagnement pour le retour des déplacés de la région de Diffa

Africa-PressNiger. Le Président de la République Mohamed Bazoum a lancé un appel à l’endroit des ambassadeurs et chefs des missions des organisations internationales pour accompagner, soutenir et assister son Gouvernement dans sa volonté de ramener les déplacés ou les réfugiés de la région de Diffa dans leurs villages respectifs.

Il a lancé cet appel lors d’une rencontre qu’il a initiée ce mardi 22 juin 2021 à Niamey.

Dans son intervention, le Chef de l’Etat a fait un exposé de la situation de ces déplacés, rappelant que « c’est la grande attaque du 3 juin 2016 contre la ville de Bosso qui avait provoqué les grands mouvements ».

« C’est en ce moment que la plupart des personnes du département de Bosso se sont déplacées pour se retrouver le long de la RN1 et je me souviens toujours de la grande mobilisation dont nous avons pu témoigner et qui dénotait de l’efficacité de notre intervention commune », a-t-il témoigné avant de se satisfaire du fait que « nous avons stabilisé cette situation à l’époque et notre réponse avait été prompte ».

En dépit de tout, a-t-il reconnu, « en quittant la ville de Maina pour aller à N’Guiguimi, tout au long de la Route Nationale N°1, nous avons de part et d’autre des camps de réfugiés qui s’étirent le long de la route jusqu’à Diffa et même à Kabléwa ».

Selon lui, ces populations ont vécu jusqu’à présent dans des conditions très difficiles, des personnes qui ne peuvent rester là que par l’assistance qui peut leur être apportée par le gouvernement et le système humanitaire international.

« Nous nous forçons de faire en sorte qu’ils puissent disposer des services de base en termes de délivrance, de soins, de disponibilité des écoles, de l’eau, de la nourriture », a fait savoir le Chef de l’Etat, tout en déplorant “les conditions extrêmement difficiles, qui ne préparent aucun avenir” que vivent ces populations auxquelles sont venus s’ajouter leurs voisins du Nigéria.

Et parce que cette situation “est sans lendemain et sans avenir”, les plus jeunes se versent dans le banditisme au point où il s’est aujourd’hui développée une espèce d’industrie du kidnapping avec en toile de fond une demande de rançon contre la libération des personnes enlevées.

C’est dans l’espoir de mettre fin à cette situation et en vue de leur assurer la sécurité « que nous avons décidé de ramener ces populations chez elles », a expliqué le Président Bazoum, qui se réjouit de la prise de conscience immédiate et enthousiasmée des populations.

Cette opération a commencé avec la ville de Baroua et « nous avons à ce jour ramené presque 100 milles personnes en quatre jours, et aussi plusieurs personnes sont retournées avec leurs propres moyens », a informé le Chef de l’Etat, qui précise que « si cette opération de Baroua réussit, nous aurions une situation qui va être relativement facile pour les autres villages et nous sentons un réel engouement chez les populations qui vont retournées dans leurs villages respectifs ».

Les enjeux de cette phase sont multiples, a-t-il ensuite expliqué, soulignant qu’elle a d’abord une vocation un peu pionnière avec effet d’entrainement et que sa réussite dépend de la prise en charge immédiate des populations sur tous les plans.

« Le message que j’ai tenu à venir vous transmettre personnellement est de vous mobiliser et vous demander d’être à nos cotés pour réussir cette première phase, mais aussi vous préparer à être avec nous dans les éditions des phases antérieures », a dit en somme le Président Mohamed BAZOUM aux diplomates accrédités au Niger.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here