‘’Nous devons prendre acte de la fragilité, en faire une priorité si nous voulons un monde meilleur’’ (Président Issoufou)

‘’Nous devons prendre acte de la fragilité, en faire une priorité si nous voulons un monde meilleur’’ (Président Issoufou)
‘’Nous devons prendre acte de la fragilité, en faire une priorité si nous voulons un monde meilleur’’ (Président Issoufou)

Africa-PressNiger. Le Président de la République Issoufou Mahamadou a participé, ce mercredi 06 janvier 2021, à une rencontre virtuelle de haut niveau sur ‘’les défis du maintien de la paix et de la sécurité dans des contextes fragiles’’ où il a appelé à prendre acte de cette fragilité, en faire une priorité ‘’si nous voulons un monde meilleur’’.

Cette rencontre a vu la participation des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’union Africaine, du Secrétaire Général des Nations Unies, du Président de la Commission de l’Union Africaine, et de Madame la Présidente et Lauréate du Prix Nobel de la Paix, Hélène Sirleaf.

Après un rappel historique sur l’entrée du Niger aux Nations Unies, le Président Issoufou Mahamadou a déclaré, dans son message devant les participants à cette rencontre, que ‘’les contextes fragiles sont très difficiles à définir. La fragilité est plus qu’une question de croissance économique ou une question institutionnelle ou de conflit’’.

Pour lui, ‘’on définit les Etats fragiles comme étant ceux dans lesquels les pauvres ne disposent pas de services essentiels car les pouvoirs publics n’ont pas la volonté ou la capacité de les leur assurer ou encore comme étant des Etats dotés de faibles capacités pour assumer les fonctions essentielles de gouvernance et n’ont pas la faculté de développer des relations constructives et mutuellement avantageuses avec la société’’.

‘’On note que les situations de fragilité, de conflit et de violence touchent aussi bien des pays à faible revenu que des pays à revenu intermédiaire’’ a poursuivi le Président Issoufou.

‘’Il semble que la fragilité est l’un des plus grands défis du 21ème siècle, surtout que les contextes fragiles sont de plus en plus le champ de bataille des rivalités géopolitiques’’ a reconnu le Président Issoufou pour qui ‘’les confits, le terrorisme, les pandémies, les déplacements forcés, les catastrophes, les famines prennent souvent racine dans la fragilité’’.

‘’Nous devons prendre acte de la fragilité, en faire une priorité si nous voulons un monde meilleur’’ a-t-il préconisé avant d’appeler à tenir ‘’compte de sa complexité’’ et que ‘’nous l’abordions dans toutes ses dimensions’’.

Pour cela, Issoufou Mahamadou a soutenu, devant les participants, que ‘’nous ne devons jamais perdre de vue l’objectif final qui est d’apporter de l’espoir et une existence meilleure à toutes les personnes vivant dans des contextes fragiles’’.

Il a, alors appelé à ‘’intensifier les efforts de prévention, de paix, de sécurité en y consacrant plus de ressources, investir dans une aide plus volumineuse et plus intelligente dans les contextes fragiles, investir dans les données afin de mieux comprendre les différents états de fragilité afin d’anticiper, de renforcer la capacité des pouvoirs publics à apporter des solutions inclusives à leur propre état de fragilité afin d’améliorer la résilience des communautés’’.

Au niveau international, par conséquent, ‘’Il faut, bien sûr, renforcer les architectures internationales et régionales de gestion des guerres et de la paix en s’attaquant aux causes de la fragilité’’ a souligné le Président Issoufou qui a estimé que ‘’pour ce faire une plus grande collaboration est nécessaire entre les acteurs œuvrant dans l’humanitaire, le développement, la paix et la sécurité’’.

‘’L’Afrique est certainement le continent où on rencontre le plus de contextes fragiles. Aider l’Afrique à mettre en œuvre l’agenda 2063 et ses plans et projets est le seul moyen de sortir l’Afrique de la fragilité’’ a souligné le Président de la République du Niger.

Selon lui, il s’agira de ‘’soutenir la mise en place de la Zone de libre Echange Continentale Africaine, des plans de développement des infrastructures, de l’agriculture, de l’industrie en Afrique et porter une attention particulière à des régions fragiles comme celle du Sahel où les Etats sont confrontés à tous les facteurs de fragilité notamment les défis sécuritaire, climatique et démographique’’.

Il a, enfin, fondé ‘’l’espoir que la présidence tunisienne du Conseil de sécurité de l’ONU sera couronnée de succès’’.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here