Portrait : Harouna Mathieu Alias Van Damme, porté par la passion du Taekwondo

5
Portrait : Harouna Mathieu Alias Van Damme, porté par la passion du Taekwondo
Portrait : Harouna Mathieu Alias Van Damme, porté par la passion du Taekwondo

Africa-Press – Niger. Harouna Mathieu Alias Van Damme est un jeune athlète nigérien pratiquant le Taekwondo. Née le 1er janvier 2003 à Niamey Van dame est un des meilleurs combattants du Niger dans la catégorie de 54 kg. Il a abandonné presque tout pour s’adonner à la pratique du taekwondo qu’il aime tant.

Harouna Mathieu a débuté le taekwondo à l’âge de 6 ans avec maître Souleymane Tiémogo, au club Soul. Ensuite il a évolué dans le club de la Garde Nationale du Niger (GNN) sous l’encadrement de maitre Kizito Daniel, avant de rejoindre le tatami de l’association sportive de la Police Nationale, dans le rang des hommes de maître Ousmane Kaka. Grâce à sa rapidité, son agilité, sa force de caractère et son courage, Van Damme a décroché en Côte d’Ivoire la médaille d’Or au BSV de l’amitié. A deux reprises, il est rentré aussi glorieux du Nigeria avec une médaille d’Or puis une médaille de Bronze. Du Ghana il est revenu avec la médaille d’Or, celle d’agent au Togo et du bronze au Burkina Faso. Van Damme possède à son actif de 2009 à 2022, un total de 27 médailles d’Or, 10 médailles d’Argent, 8 médailles de Bronze et a été élu 4 fois meilleur combattant.

« Le pseudonyme’’ Van Damme ‘’ a fait complètement disparaître mon nom Harouna dès le bas âge. J’ai toujours été fan de l’acteur hollywoodien ‘’Jean Claude Van Damme’’ c’est mon meilleur acteur jusqu’à ce que le nom se colle à moi car je maitrise les gestes techniques de l’acteur », affirme-t-il.

Harouna Mathieu a commencé à jouer au football à l’AS SONIDEP parmi les U-15, où il était même capitaine car il jouait très bien. C’était selon lui, sa passion et son rêve d’enfance, avant que son oncle maitre Soul qui possède un des plus grands clubs de Niamey ne l’influence à le rejoindre. « Il me trouvait au terrain lors de mes entraînements, il me chicotait bien et me chassait jusqu’à son club. Au début je ne voulais pas. Il me montrait des combats de taekwondo des grands combattants pour attirer mon attention et me faire aimer le taekwondo petit à petit jusqu’à ce que le taekwondo a commencé à être dans mes priorités. Finalement mes rêves de footballeur se sont redirigés vers le taekwondo. Je ne voulais même plus parler de foot », raconte le jeune athlète.

« J’ai gagné le respect des fans dans le taekwondo car lors des compétitions ceux qui voient mes combats et les maîtres qui apprécient ma manière de combattre, m’appellent souvent et me gratifient, de 5000 FCFA jusqu’à 50.000 FCFA », confie-t-il.

« Nous voulons davantage aller plus loin, si nous avions le soutien nécessaire de nos autorités, nous serions loin aujourd’hui », dit Harouna Mathieu . Aussi, il appelle les autres athlètes nigériens à bien travailler et à être patients. « Avec l’aide de Dieu, chacun réalisera son rêve, il faut travailler », lance Van Damme.

Beaucoup d’amis le soutiennent dans cette pratique. Harouna Mathieu cite parmi eux Tekiet Ben Youssef qui l’encourage et lui donne de bons conseils et lui fournit des matériaux de travail, un de ses encadreurs Malan Abdou auprès de qui il a passé sa ceinture noire 1er Dan et maitre Badamassi dit Bad qui l’a rassuré de faire appel à lui en cas de besoin et plein d’autres nigériens qui aiment véritablement le Taekwondo Nigérien. « Le bon souvenir que je garde du taekwondo c’est lors d’une compétition au Togo où j’ai fait des gestes techniques miraculeux, moi-même en regardant les vidéos je n’arrivais pas à y croire je pensais que j’étais un génie tellement les gestes techniques étaient parfaits, j’étais très rapide, très précis, très vif, très endurant, durant toute la compétion, je n’ai donné aucune chance à mes adversaires », se rappelle Harouna.

Le grand rêve de “Van Damme”, dit-il est de brandir haut les couleurs de la nation Nigérienne, il désire être cité parmi les grands noms de cette discipline au Niger comme Issaka Daboré, Alfaga qui on fait sortir le nom du Niger, savourer le bonheur de faire resonner l’hymne national du Niger.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Niger, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here