En 10 ans de Renaissance du Niger, d’importants investissements éducatifs réalisés et la santé des populations améliorée (Bilan)

5
En 10 ans de Renaissance du Niger, d’importants investissements éducatifs réalisés et la santé des populations améliorée (Bilan)
En 10 ans de Renaissance du Niger, d’importants investissements éducatifs réalisés et la santé des populations améliorée (Bilan)

Africa-PressNiger.  En 10 ans de mise en œuvre du Programme de Renaissance du Niger, d’importants investissements ont été réalisés pour garantir une éducation inclusive et équitable, et l’état de santé des populations amélioré, selon un bilan dressé ce mardi 30 mars 2021 sous la conduite du Premier Ministre Brigi Rafini.

Selon le document du bilan, les ressources affectées à l’éducation ont tourné autour d’une moyenne annuelle de 20% du budget national.

Suivant les 3 dimensions de l’éducation (accès, qualité et pilotage), la mise en œuvre du Programme de Renaissance dans les différents secteurs de l’éducation a permis, par exemple, d’améliorer le taux brut de scolarisation au niveau du primaire en le portant de 63,5% en 2010 à 73% en 2020 ; au niveau de l’enseignement professionnel et technique, la proportion d’apprenants est passée de 15,5% en 2013 à 37,65% en 2020, alors que dans l’enseignement supérieur, le taux de réussite au BTS est passé de 36,6% en 2010 à 79,13% en 2020.

A tous les niveaux, les effectifs ont accru et le Gouvernement de la 7ème République y a réalisé les infrastructures nécessaires. A titre illustratif, le document du bilan fait état de 5.653 écoles primaires et 2.252 établissements du préscolaire créés au cours des 10 ans de mise en œuvre du Programme de Renaissance, portant le nombre d’écoles primaires et d’établissements du préscolaire respectivement à 18.276 et 3.078 en 2020.

De même, ajoute le document, 14.509 salles de classe en matériaux définitifs ont été construites pour améliorer les conditions d’apprentissage et 400 autres salles dont les travaux débuteront avant la fin de l’année. Relativement au recrutement, il a porté sur un total de 27.267 enseignants dont 10.930 intégrés à la fonction publique.

Dans le secteur de la santé, les efforts réalisés ont porté sur l’accès aux soins et à l’offre de services, les prestations, la prévention, la disponibilité des produits et les ressources humaines. C’est ainsi que, grâce à la réalisation des infrastructures sanitaires, notamment la construction de 2 hôpitaux de référence (Niamey et Maradi), 1 hôpital mère-enfant à Niamey et 7 centres de santé mères-enfants (CSME) dans les autres régions, 1 centre national de lutte contre le cancer (CLC), 1 centre de prise en charge des fistules obstétricales, 6 Hôpitaux de District (HD) et le Centre Hospitalier Régional (CHR) de Tillabéry, 56 maternités, 587 Centres de Santé Intégré (CSI) dont 334 issus de la transformation des cases de santé (CS), etc., le taux de couverture sanitaire a progressé de 7,44 points de pourcentage, pour s’établir à 52,74% en 2020.

En outre, il est également fait cas des différents recrutements effectués depuis 2011 et qui ont permis de renforcer le secteur en ressources humaines. Au total, ces recrutements ont concerné 7.670 agents de santé dont 1.156 médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes, etc.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here