Amnésie générationnelle : que signifie cette perte de mémoire dont nous souffrons tous à un moment ou à un autre ?

3
Amnésie générationnelle : que signifie cette perte de mémoire dont nous souffrons tous à un moment ou à un autre ?
Amnésie générationnelle : que signifie cette perte de mémoire dont nous souffrons tous à un moment ou à un autre ?

Africa-PressSão Tomé e Príncipe. Une génération peut-elle être oublieuse ? Les générations plus âgées peuvent certainement cesser de se souvenir de ce que c’était d’être jeune. Avec l’âge vient une dérision prévisible des plus jeunes qui semble toucher presque tous les groupes démographiques de plus de 35 ans.

“Rabaisser les autres générations est en fait un comportement humain éternel”, écrivait le romancier canadien Douglas Coupland dans un essai pour le journal britannique The Guardian en juin dernier. Et il devrait le savoir : c’est lui qui a inventé le terme “génération X”.

A surtout lire sur BBC Afrique :

Comment fonctionne le logiciel d’Apple pour détecter la pédopornographie sur les iPhones et pourquoi il est si controversé

Dr Keb : ce que l’on sait de la disparition du rappeur malien

Syndrome de Guillain-Barré : le trouble neurologique qui touche certaines personnes vaccinées contre le coronavirus

Les secrets de l’intervention russe en Libye dévoilés par une tablette

Les baby-boomers, se souvient l’écrivain, se moquaient autrefois des membres de la génération X, comme lui, qui, à leur tour, faisaient preuve d’arrogance à l’égard des habitudes de consommation de pain d’avocat des milléniaux “tièdes”. Et maintenant, c’est au tour de la génération Z d’être jugée par ses aînés, avec ses TikToks et ses politiques identitaires.

Il existe un terme scientifique pour cela : l’effet “enfants d’aujourd’hui”, qui remonte aux écrits des Grecs anciens.

“Depuis au moins 624 avant Jésus-Christ, les gens se plaignent du déclin de la génération actuelle de jeunes par rapport aux générations précédentes”, selon les psychologues qui ont nommé le phénomène.

“L’universalité des plaintes concernant les “enfants de ces jours” à travers les millénaires suggère que ces critiques ne sont ni exactes ni dues aux idiosyncrasies d’une culture ou d’une époque particulière, mais représentent une illusion généralisée de l’humanité.”

“Ils ne se rendent même pas compte que quelque chose leur est arrivé” : qu’est-ce qu’un infarctus cérébral “silencieux”?

L’une des raisons, selon les chercheurs, est que les gens ont tendance à oublier qu’ils ont eux-mêmes changé au fil du temps, et supposent donc que la maturité, les attitudes et les comportements des jeunes sont immuables.

Toutefois, ce n’est pas le seul type d’oubli qui se produit au fil des générations. Il existe un autre type, moins évident, appelé “amnésie générationnelle”, qui a des effets profonds sur notre façon de voir le monde. Et que, malheureusement, nous en souffrons tous, quel que soit notre âge.

Chaque génération reçoit un monde forgé par ses prédécesseurs et semble l’oublier.

Technologies nouvelles et anciennes

Considérons la façon dont nous pensons à la technologie. Pour la génération actuelle, l’idée de technologie est synonyme de smartphones, de crypto-monnaies ou d’internet, mais il n’en a pas toujours été ainsi : la technologie était autrefois centrée sur le pneumatique ou la vapeur, plutôt que sur le silicium.

Un informaticien a dit un jour en plaisantant que la technologie devrait être définie comme “tout ce qui a été inventé après votre naissance”.

Certaines inventions sont tellement omniprésentes que nous avons complètement oublié qu’il s’agit de technologies. Comme l’a fait remarquer un jour l’écrivain et humoriste britannique Douglas Adams : “nous ne considérons plus les chaises comme de la technologie, nous les considérons seulement comme des chaises.

Mais il fut un temps où nous n’avions pas encore déterminé combien de pieds devaient avoir les chaises, à quelle hauteur elles devaient être et si elles allaient se briser lorsque nous essaierions de les utiliser.

En conséquence, la personne moyenne vit aujourd’hui une vie de progrès et de luxe qui n’aurait été qu’un rêve pour les générations plus privilégiées du passé.

Comment ne plus jamais oublier un nom

Si Cléopâtre ou Élisabeth Ier remontaient le temps jusqu’à nos jours, elles s’émerveilleraient du monde que nous considérons comme acquis, avec ses vaccins et ses antibiotiques, ses toilettes et un réfrigérateur dans chaque foyer.

Les nouvelles générations ont également l’habitude d’oublier collectivement que les changements sociaux positifs sont le fruit de l’activisme persistant de minorités autrefois rejetées.

Le suffrage universel, par exemple, n’a pas toujours été perçu comme irréfutablement correct. Ce fait est rarement rappelé.

Mais si la jeune génération oublie les mesures positives et les changements qui lui ont été transmis par ses ancêtres, elle ne se rendra pas compte non plus de la façon dont ces prédécesseurs ont endommagé le monde.

Syndrome du changement de base

L’une des premières fois que ce type particulier d’amnésie générationnelle a été observé, c’était dans les années 1990, pour décrire un effet affectant les chercheurs étudiant les poissons.

Un jour, le scientifique spécialiste de la pêche Daniel Pauly a remarqué quelque chose de curieux parmi ses contemporains. Malgré un déclin à long terme objectivement enregistré de certains stocks de poissons, chaque génération de scientifiques a semblé accepter la baisse de l’abondance et de la diversité comme faisant partie de leur “base de référence”.

Comment l’anxiété du confinement affecte votre concentration

Et ce, bien que les générations précédentes de scientifiques aient tiré des conclusions très différentes de leurs observations et expériences dans l’océan.

Par exemple, M. Pauly a rappelé que le grand-père d’un collègue avait exprimé son mécontentement quant à la façon dont, dans les années 1920, le thon rouge se prenait régulièrement dans ses filets en mer du Nord, une région où l’espèce est aujourd’hui largement absente.

Selon M. Pauly, cet angle mort signifie que les scientifiques n’ont pas remarqué la lente progression de la disparition des espèces et que chaque génération a accepté comme normale l’appauvrissement de la biodiversité des océans dont elle a hérité. Il a appelé cet effet le “syndrome de la base mobile”.

Depuis lors, l’effet du déplacement de la ligne de base a été observé bien au-delà de la communauté des pêcheurs : il se produit dans tout domaine de la société où une ligne de base se déplace imperceptiblement au fil des générations.

Expériences d’amnésie générationnelle

Des années plus tard, le psychologue Peter Kahn de l’université de Washington a décrit un effet similaire dans un contexte complètement différent : les communautés noires de Houston, au Texas. Il était curieux de connaître la perception qu’avaient les enfants de la qualité de l’environnement dans lequel ils vivaient.

Au cours d’entretiens, il a constaté que les enfants pouvaient facilement décrire ce qu’était la pollution de l’air et citer d’autres villes polluées, mais qu’ils n’étaient pas conscients que Houston était devenue l’une des villes les plus polluées des États-Unis. Ils ont simplement accepté l’état des choses.

“Comment est-il possible que ces enfants ne l’aient pas su ? L’une des réponses est qu’ils sont nés à Houston, que la plupart d’entre eux n’en sont jamais sortis et que, en y vivant, ils ont construit leur base de référence pour ce qu’ils pensaient être un environnement normal”, a écrit plus tard Kahn dans un article qu’il a cosigné avec sa collègue Thea Weiss.

Philippe, le roi des Belges, exprime ses “plus profonds regrets” au Congo

Selon Kahn et Weiss, nous connaissons tous cette forme environnementale d’amnésie générationnelle. Ce n’est pas tant que les individus ne se souviennent pas du passé qu’ils ont eux-mêmes vécu. C’est plutôt que l’humanité “oublie” collectivement le monde naturel tel qu’il était autrefois au fil des générations.

“Cette question est l’un des problèmes psychologiques les plus pressants de notre époque”, affirment les psychologues. “Des problèmes tels que la déforestation, l’acidification des océans et le changement climatique sont déjà difficiles à résoudre, mais au moins la plupart des gens les reconnaissent comme des problèmes.

Même les exemples les plus familiers de la nature peuvent être oubliés.

La zoologiste Lizzie Jones, de l’université de Londres, et ses collègues ont récemment interrogé des personnes vivant au Royaume-Uni sur leurs perceptions et leurs souvenirs de dix espèces d’oiseaux de jardin, à la fois au moment de l’enquête et lorsqu’ils avaient 18 ans.

Les plus jeunes, qui étaient plus proches de l’âge de 18 ans, étaient moins capables de décrire le changement écologique réel à long terme qui s’était produit parmi les populations d’oiseaux britanniques.

Comme l’ont noté Jones et ses collègues, le vol synchronisé des étourneaux était autrefois courant au Royaume-Uni, mais leur nombre, rien qu’en Angleterre, a diminué de 87 % entre 1967 et 2015.

Un autre exemple pourrait être le “phénomène du pare-brise”, qui décrit l’observation de tous, sauf la plus jeune génération, que moins d’insectes s’écrasent désormais à travers la vitre avant de leur voiture.

Existe-t-il un moyen d’éviter l’amnésie environnementale générationnelle ?

On pourrait penser qu’il s’agit simplement d’éduquer chaque nouvelle génération, mais Kahn et Weiss affirment qu’il ne faut pas recourir à l’enseignement traditionnel en classe.

Au lieu de cela, ils demandent aux générations plus âgées de favoriser ce qu’ils appellent des “modèles d’interaction”, une approche plus expérimentale dans laquelle les enfants et les jeunes sont encouragés à rechercher la nature partout où ils la trouvent.

Il n’est pas nécessaire d’avoir l’idéal romantique de visiter une forêt sauvage rare ou de marcher dans une région sauvage inaccessible ; cela peut être aussi simple que de marcher au bord d’un plan d’eau, d’identifier des baies rouges un jour d’été ou même de s’allonger dans l’herbe ou dans la terre. Peu importe que vous viviez en ville ou à la campagne.

La solution que nous proposons est, en fait, “une petite interaction avec la nature à la fois”, écrivent Kahn et Weiss.

À mesure que chaque génération vieillit, il peut être tentant de déplorer le manque de sensibilisation des “enfants d’aujourd’hui”, tout comme la génération précédente l’a fait lorsque nous étions jeunes.

Mais lorsqu’il s’agit de veiller à ce que nos meilleurs souvenirs du monde ne tombent pas dans l’oubli, il semble qu’une partie au moins de cette énergie pourrait être mieux utilisée à transmettre des expériences, plutôt qu’à porter des jugements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here