Cameroun: pourquoi la Coupe d’Afrique des nations de foot se joue avec des stades vides?

1
Cameroun: pourquoi la Coupe d’Afrique des nations de foot se joue avec des stades vides?
Cameroun: pourquoi la Coupe d’Afrique des nations de foot se joue avec des stades vides?

Africa-Press – Tchad. À l’exception du match d’ouverture, les stades de la CAN 2021 sont désertés par le public camerounais. Entre pass sanitaire obligatoire et prix des places, plusieurs raisons sont évoquées par les fans de foot pour justifier la situation. Dans un récent communiqué, le gouvernement a exhorté les Camerounais à se mobiliser dans les stades.

Le match d’ouverture de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2021), dimanche 9 janvier, semblait avoir donné le ton. Des spectateurs sortis par milliers ont accompagné l’équipe nationale du Cameroun, pays hôte de la compétition, vers leur première victoire (2:1) face aux étalons du Burkina Faso. Seulement, après cette rencontre, le somptueux stade d’Olembe de 60.000 places, ne devant excéder un taux de remplissage de 80%, selon la jauge de la Confédération africaine de football pour des raisons sanitaires, s’est tout de suite vidé. D’ailleurs, c’est dans une arène presque vide, quelques dizaines de spectateurs, que s’est joué le deuxième match de la journée opposant l’Éthiopie au Cap-Vert. Sur le site de Bafoussam, où a joué le Sénégal, l’un des favoris de la compétition, et à Douala où évolue l’Algérie, le champion en titre, la situation était quasi-similaire. Des faits qui, souligne Léandre Nzié, journaliste sportif accrédité pour la compétition, sont de nature à gâcher la fête, même si l’ambiance en dehors des stades garde tout son attrait festif.

Le pass sanitaire pointé du doigt

Moins catastrophique que dans les autres villes, Garoua dans le nord du pays a vu tout de même quelques centaines de spectateurs assister à la rencontre opposant le Nigeria à l’Égypte (1:0). Une mobilisation qui pourrait s’expliquer par la proximité géographique entre cette région du Cameroun et le grand voisin nigérian. Depuis lors sur la Toile et dans l’opinion, le débat fait fureur autour des raisons qui pourraient expliquer ce quasi boycott des rencontres. Sur la première marche du podium, le pass sanitaire obligatoire pour l’accès au stade.

En effet, alors que la pandémie continue de faire des ravages dans le monde au gré des différents variants, le protocole sanitaire décliné par la Confédération africaine de football (CAF) et le gouvernement camerounais est clair: les supporters et autres professionnels dédiés devront être entièrement vaccinés contre le Covid-19 et présenter “un test PCR négatif de moins de 72 heures ou un test TDR antigénique négatif de moins de 24 heures”. Ces conditions, constate Léandre Nzié, ont “douché l’enthousiasme des fans de foot”.

“Les Camerounais ont envie d’aller au stade, mais ils ne veulent pas du vaccin. J’en ai rencontré à l’entrée du stade de Japoma à Douala qui espérait entrer sans pass sanitaire. Même au niveau des officiels, il y a des personnes qui ne sont pas d’accord avec ces conditions. En dehors des matchs des lions indomptables, il sera compliqué dans ce contexte d’avoir du monde dans les gradins

“, poursuit le journaliste sportif.

En effet, neuf mois après le lancement de la campagne de vaccination au Cameroun, environ 6% seulement de la population âgée de plus de 18 ans sont vaccinés, selon les derniers chiffres officiels. Abreuvés à la source des débats télévisés au sujet des multiples controverses autour de l’efficacité et des potentiels effets secondaires des vaccins disponibles, beaucoup de citoyens traînent encore le pas malgré les multiples appels des autorités.

Yaoundé invite les Camerounais à aller au stade

Autres raisons avancées pour expliquer cette faible affluence, les prix des places dans les stades: entre 3.000 et 20.000 francs CFA (entre 4 et 31 euros), dans un pays où le salaire minimum mensuel est de 36.270 FCFA (55 euros).

Dans un récent communiqué, René Emmanuel Sadi, ministre de la Communication, tout en saluant “la forte mobilisation et l’enthousiasme dont on fait montre les populations camerounaises” lors du match d’ouverture, invite ces dernières, “à garnir les gradins des stades tout au long de la compétition et dans tous les sites abritant les rencontres”.

Seulement, soulignent de nombreux observateurs comme Léandre Nzié, “la réussite de cette fête du football ne peut passer que par l’allègement des conditions d’accès au stade. Il faut supprimer la grosse barrière que constitue le vaccin et se limiter au test ou imposer le port systématique du masque comme pendant le Championnat d’Afrique des nations en 2021 [la compétition réservée aux footballeurs évoluant dans leur pays, ndlr]”.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Tchad, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here