Attentats du 11 septembre 2001 : les 2 causes scientifiques de l’effondrement des tours jumelles après l’impact des avions

1
Attentats du 11 septembre 2001 : les 2 causes scientifiques de l'effondrement des tours jumelles après l'impact des avions
Attentats du 11 septembre 2001 : les 2 causes scientifiques de l'effondrement des tours jumelles après l'impact des avions

Africa-PressTchad. Le 11 septembre 2001, deux Boeing 767 ont frappé les tours jumelles, les plus hauts bâtiments de 110 étages de New York.

Le premier avion a frappé la tour Nord à 8 h 45. Le bâtiment a brûlé pendant 102 minutes puis, à 10 h 28, s’est effondré en seulement 11 secondes.

Dix-huit minutes après le premier crash, à 9 h 03, le deuxième avion a percuté la tour sud. Le gratte-ciel a résisté aux flammes pendant 56 minutes, après quoi, à 9 h 59, il s’est effondré en 9 secondes.

“Après le bruit incroyable de l’effondrement du bâtiment, en quelques secondes, tout est devenu plus sombre que la nuit, sans aucun bruit, et je ne pouvais plus respirer”, se souvient Bruno Dellinger, un survivant qui travaillait au 47e étage de la tour nord.

“J’étais convaincu que j’étais mort, parce que le cerveau ne peut pas traiter quelque chose comme ça”, dit M. Dellinger dans son témoignage partagé par le Mémorial et Musée du 11 septembre à New York.

Le bilan est de 2 763 morts, y compris les assaillants.

Pourquoi les tours sont-elles tombées ?

“La réponse acceptée par toutes les personnes sérieuses est que les tours sont tombées parce qu’elles étaient la cible d’une attaque terroriste”, déclare à BBC Mundo l’ingénieur civil Eduardo Kausel, professeur émérite du département d’ingénierie civile et environnementale du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Au lendemain des attentats, Kausel a dirigé une série d’études et de publications dans lesquelles les experts du MIT ont analysé les causes des effondrements d’un point de vue structurel, technique et architectural.

La réponse de Kausel résume une série de phénomènes physiques et chimiques qui ont déclenché une catastrophe que personne, à l’époque, n’était capable d’imaginer.

Combinaison fatale

Les études du MIT, publiées en 2002, coïncident en grande partie avec les conclusions d’un rapport commandé par le gouvernement américain au National Institute of Standards and Technology (NIST) pour déterminer les raisons de la chute des tours, dont la version finale a été publiée en 2008.

Le MIT et le NIST concluent tous deux que les tours se sont effondrées principalement en raison de la combinaison de deux facteurs :

• Les graves dommages structurels causés par l’écrasement des avions sur chaque bâtiment

• La chaîne d’incendies qui s’est propagée sur plusieurs étages

“S’il n’y avait pas eu d’incendie, les bâtiments ne se seraient pas effondrés”, affirme M. Kausel.

“Et s’il y avait eu un incendie seul, sans les dommages structurels, ils ne se seraient pas effondrés.

“Les tours étaient très solides”, dit l’ingénieur.

Le rapport du NIST, quant à lui, indique qu’il existe des documents officiels indiquant que les tours ont été conçues pour résister à l’impact d’un Boeing 707, qui était le plus gros avion commercial existant à l’époque de leur conception.

Les chercheurs du NIST précisent toutefois qu’ils n’ont trouvé aucune information sur les critères et les méthodes utilisés pour parvenir à cette conclusion.

Ce qui est clair, c’est que, ensemble, l’impact et l’incendie ont produit un résultat fatal : l’effondrement des deux tours.

Comment les tours ont été construites

Les tours jumelles avaient un design qui était standard dans les années 1960, lorsqu’elles ont commencé à être construites.

Chaque bâtiment comportait en son centre un noyau vertical en acier et en béton, qui abritait les ascenseurs et les escaliers.

Chaque étage était constitué d’une série de poutres en acier (horizontales) partant de ce noyau et reliées à des colonnes en acier (verticales) pour former les murs extérieurs du bâtiment.

La ferme de poutres distribuait le poids de chaque étage aux colonnes, tandis que chaque étage, à son tour, servait de support latéral qui empêchait les colonnes de se déformer, ce qu’on appelle en génie civil le flambage.

L’ensemble de la structure en acier a été enveloppé dans du béton, qui a servi à protéger les poutres et les colonnes en cas d’incendie.

Les poutres et les colonnes ont également été recouvertes d’une fine couche d’isolation ignifuge.

Impact, feu et air

Les deux tours ont été frappées par différents modèles de Boeing 767, qui sont plus grands que les Boeing 707.

Selon le rapport du NIST, l’impact a “gravement endommagé” les colonnes et a délogé l’isolation anti-feu qui recouvrait le treillis de poutres et de colonnes en acier.

“Les vibrations de l’accident ont provoqué la rupture du revêtement ignifuge de l’acier, laissant les poutres plus exposées au feu”, explique M. Kausel.

Ainsi, les dommages structurels ont ouvert la voie aux flammes, qui ont à leur tour causé d’autres dommages structurels.

Pendant ce temps, des températures atteignant 1 000 °C ont provoqué la dilatation et la rupture des vitres, permettant à l’air de pénétrer et d’alimenter le feu.

“Le feu s’est nourri d’air et c’est pourquoi il s’est propagé”, explique M. Kausel.

“Bombes volantes”

Les données officielles estiment que chaque avion transportait environ 10 000 gallons de carburant (plus de 37 850 litres).

“Ils faisaient voler des bombes”, dit Kausel.

Une grande partie de ce carburant a brûlé pendant la boule de feu qui s’est formée à l’impact, mais une grande quantité du carburant s’est également répandue dans les étages inférieurs des tours.

Le feu s’est alors propagé, trouvant sur son chemin plusieurs objets inflammables qui lui ont permis de continuer à avancer

L’incendie incontrôlé a eu deux effets principaux, explique l’ingénieur du MIT.

D’abord, la chaleur intense a provoqué la dilatation des poutres et des dalles à chaque étage. Cela a provoqué la séparation des dalles de leurs solives.

En outre, l’expansion des poutres a également poussé les colonnes vers l’extérieur.

Mais il y a eu un deuxième effet.

Les flammes ont commencé à ramollir l’acier des poutres, les rendant malléables.

Ainsi, des structures autrefois rigides ressemblaient à des cordes qui, lorsqu’elles se courbaient, commençaient à tirer vers l’intérieur les colonnes auxquelles elles étaient attachées.

“Cela a été fatal pour les tours”, dit Kausel.

Effondrement

À ce moment-là, tous les ingrédients étaient réunis pour déclencher l’effondrement

Les colonnes n’étaient plus tout à fait verticales, car les poutres les poussaient d’abord vers l’extérieur, puis les tiraient vers l’intérieur, de sorte qu’elles ont commencé à s’affaisser.

Ainsi, selon le rapport du NIST, les colonnes ont commencé à s’effondrer par flambage, car les poutres auxquelles elles étaient reliées les tiraient vers l’intérieur.

L’analyse de Kausel, quant à elle, ajoute que, dans certains cas, les poutres ont tiré si fort sur les colonnes qu’elles ont brisé les boulons qui les fixaient aux colonnes, provoquant l’effondrement des étages et la surcharge des étages inférieurs par les débris.

Cela a imposé une contrainte supplémentaire sur la capacité des colonnes déjà affaiblies.

Le résultat a été un effondrement en cascade.

Une fois le bâtiment en chute libre, explique Kausel, l’effondrement a progressivement expulsé l’air entre les étages, provoquant un vent violent vers la périphérie.

L’effondrement a alors été enveloppé d’un nuage de poussière, et les murs extérieurs se sont effondrés vers l’extérieur, “comme si on pelait une banane”, dit-il.

Les deux bâtiments ont disparu en quelques secondes, mais le feu dans les décombres a continué de brûler pendant 100 jours.

Vingt ans plus tard, l’horreur et la douleur causées par les attentats ne sont pas encore éteintes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here