Justice climatique et droit au développement pour l’Afrique

1
Justice climatique et droit au développement pour l’Afrique
Justice climatique et droit au développement pour l’Afrique

Africa-Press – Togo. Le Chief Olusegun Obasanjo annonce la création du Just Energy Transition Leadership Council.

L’Afrique est en voie de renverser la table en matière de justice climatique. 2023 fera date : après l’Africa Climate Summit de Nairobi et avant la COP28 de Dubaï, l’Africa Energy Week de Cape Town a réuni les décideurs des développements énergétiques du continent.

La situation de l’Afrique est unique. Alors qu’elle n’émet que 0,7 tonne de gaz à effet de serre par habitant (soit 3% des émissions mondiales, 9 fois moins que l’Europe, 10 fois moins que la Chine, 20 fois moins que les États-Unis et 35 fois moins que les records mondiaux), l’Afrique sera la plus affectée par les événements climatiques extrêmes issus d’un changement climatique provoqué par d’autres continents. C’est une situation dont elle ne veut plus.

Pour financer sa transition écologique et son développement humain, économique et social, elle compte utiliser toutes ses ressources naturelles. Les découvertes récentes d’hydrocarbures sont considérables : elles sont le complément technique indispensable et la première source de financement des énergies renouvelables et de l’industrialisation. Il est à noter qu’en Afrique, le manque d’industrialisation est la principale raison du chômage des jeunes et la cause première de la perte du tiers des productions alimentaires.

Personne ne peut donner de leçon à l’Afrique sur le sujet du changement climatique. En effet, elle entend être la pionnière d’un modèle de croissance forte mais avec une empreinte carbone faible dont l’ambition est d’apporter du développement à 600 millions d’Africains qui n’ont pas d’accès à l’électricité. Si nous ne faisons rien, ce chiffre passera à 1 milliard en 2030 alors qu’ils étaient 150 millions en 1960. Il y a des pays où plus d’électricité augmente le confort. En Afrique, elle fait la différence entre la vie, la survie et la mort.

C’est cela qui nous oblige à parler de droits humains et de justice climatique. Si l’Afrique n’exploite pas ses ressources naturelles, si elle n’attire pas rapidement des capitaux, elle ne sera pas la seule victime : le solaire, l’éolien, l’hydraulique, la biomasse et surtout l’hydrogène feront défaut partout dans le monde. Les matières premières, essentiellement africaines, sont critiques pour la révolution énergétique. Toutes les parties prenantes doivent donc dialoguer. Les communautés locales africaines, les autorités publiques et les partenaires énergéticiens doivent travailler solidairement dans des projets additionnels qui seront créateurs d’emplois locaux immédiats.

C’est pour cette raison que le Chief Olusegun OBASANJO a annoncé la création du Just Energy Transition Leadership Council lors de l’Africa Energy Week le 17 octobre 2023. Cette initiative permettra de favoriser le dialogue pour un développement équitable et durable du continent.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Togo, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here