Gbamakopé : Le Commandant de la BRI Tsévié en rajoute aux magouilles

6
Gbamakopé : Le Commandant de la BRI Tsévié en rajoute aux magouilles
Gbamakopé : Le Commandant de la BRI Tsévié en rajoute aux magouilles

Africa-PressTogo. A Gbamakopé, les habitants auraient déjà retrouvé la quiétude si toutes les institutions de la République travaillaient convenablement. Il nous souvient que dans une précédente parution, nous nous sommes étonnés de l’incapacité de la Justice à faire exécuter ses ordonnances dans le litige foncier qui oppose acquéreurs, Gbama et Kpassra. La preuve a été encore faite cette semaine avec l’arrestation de Kpassra Kodjo, l’un des mandataires de la collectivité Kpassra qui dénoncent les violences faites aux acquéreurs par leurs frère et sœur Kpassra Komlan et Kpassra Adjo (faux mandataires), sous la protection de dame Bijou Amégan.
Les faits
Le 1er juillet 2021, le Parquet de Tsévié a délivré un soit transmis N°420/2021 pour diligenter des enquêtes et engager des poursuites si nécessaire contre Kpassra Komlan, Kpassra Abla et Abotchi Tchalla pour « entraves à l’exécution des décisions judiciaires ». Cette ordonnance signée du Procureur de la République Klougan Yao a été transmise à la Brigade de Recherches et d’investigations (BRI) qui doit délivrer une convocation à l’endroit de Kpassra Komlan, Kpassra Abla et Abotchi Tchalla.
C’est à cet effet que le mandataire Kpassra Kodjo s’est rendu à la BRI Tsévié pour prendre la convocation et l’adresser aux faux mandataires et leurs complices. A la surprise générale de la famille, le mandataire est retenu par le Commissaire Commandant de la Brigade, Kossivi Tédjoumi Kodjo. Dans un premier temps, ce dernier lui dit que le mandat avec lequel les vrais mandataires exercent ne serait pas enregistré et n’aurait pas été confirmé par la Justice. Raison pour laquelle le mandataire devrait être gardé. En réponse à ces arguments peu convaincants, Kpassra Kodjo demande au Commissaire de s’adresser au cabinet du notaire qui a dressé le mandat. Décidé à maintenir le mandataire dans les liens de la détention, le Commissaire revient à la charge et annonce que les faux mandataires lui ont transmis un constat d’huissier accusant Kpassra Kodjo de démolition de maisons et bornes. Et depuis lundi, le plaignant est gardé à la BRI Tsévié.
Drôles d’enquêtes
Qu’est-ce qui peut motiver le Commandant de la BRI Tsévié à garder le plaignant contre des accusations sans fondement ? Il faut le rappeler, le vendredi 16 juillet 2021, le mandataire Kpassra Kodjo a dénoncé les violences faites aux acquéreurs par les faux mandataires lors d’une conférence. « Il y a des veuves, des gens sous prêt dont on vient casser les maisons et à qui on demande de repayer le terrain dans un délai d’un mois », s’était-il plaint. « Quand notre frère et notre sœur ont commencé ces agissements, nous leur avons signifié de cesser, mais ils ont refusé. Notre frère Kpassra Komlan nous a dit que nous ne pouvons rien contre lui, parce qu’il travaillerait avec une fille de feu Gnassingbé Eyadema. Que si nous persistons, il va nous faire subir des choses et qu’on ne s’en sortira pas. Nous sommes allés porter plainte et avons obtenu un soit transmis pour qu’on l’arrête. Mais la ‘’fille de Gnassingbé Eyadéma’’ a appelé le commissaire, l’a menacé en lui disant de ne pas se mêler de cette affaire parce qu’elle l’enverrait loin », avait-il rapporté.
A cause de ses sorties médiatiques, il est donc devenu l’une des personnes à abattre pour avoir le champ libre et semer le désordre sur le domaine. Pour s’en débarrasser, il faut donc le mettre aux arrêts et empêcher ainsi les autres à agir contre les intérêts de la prétendue fille de Gnassingbé Eyadéma. « Comment celui qui dénonce les violences subies par les acquéreurs et qui est à leurs côtés va-t-il se livrer à la démolition de maisons ? », s’indigne un membre de la collectivité Kpassra.
Mais la facilité avec laquelle Kpassra Kodjo a été gardé se comprend. D’après nos informations, le Commandant de la BRI Tsévié qui devrait délivrer la convocation contre les faux mandataires et leurs complices s’est déjà illustré dans cette affaire. « Le Commandant de la BRI Tsévié est un ancien collaborateur de dame Bijou et des faux mandataires. Avant son poste à Tsévié, il était celui qui dirigeait les opérations à Gbamakopé. C’est un allié des faux mandataires et il défend son pain », indique une source. « Il a appelé dame Bijou et les faux mandataires en leur annonçant que Kpassra Kodjo allait être arrêté avant même que ce dernier ne parte pour aller chercher la convocation. Komlan nous disait que le moment de faire taire Kpassra Kodjo est arrivé », s’indigne un autre membre de la collectivité Kpassra.
Pour sa fidélité à dame Bijou, l’officier qui devrait faire preuve de neutralité s’est mis du côté des fouteurs de trouble. Cette attitude résume à elle seule la manière dont ce litige a été réglé depuis le début où ceux qui ont raison sont bastonnés et ceux qui ont tort protégés.
Et la confusion est entretenue. Selon les informations, une autre convocation a été délivrée contre les faux mandataires, mais ne leur a jamais été adressée. Le Commissaire dit attendre les ordres du Procureur qui serait en audience à Lomé. Quand le lundi, nous avons contacté le Commandant de la BRI Tsévié pour en savoir davantage, il nous a simplement répondu que c’est juste une procédure en cours et que personne n’a été arrêté. Ce qui n’est pas le cas puisque de sources proches de Kpassra Kodjo, nous apprenons que ce dernier a été gardé, sur ordre du Procureur selon le Commandant. Quand nous nous sommes adressés au Procureur, il a déclaré n’avoir pas ordonné l’arrestation du mandataire, mais avoir été informée de la procédure. Pourtant, c’est le même tribunal qui a signé les documents qui prouvent que Kpassra Komlan et Kpassra Abla sont dans l’illégalité.
Lorsque les juges et des agents des forces de l’ordre choisissent le camp des faussaires, c’est la paix civile qui est menacée.
Source : Liberté
Lire plus sur libertetogo.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here