Pour la première fois, des embryons de mammifères ont été cultivés dans l’espace

3
Pour la première fois, des embryons de mammifères ont été cultivés dans l’espace
Pour la première fois, des embryons de mammifères ont été cultivés dans l’espace

Africa-Press – Togo. Une expérience menée récemment à bord de la Station Spatiale internationale (ISS) a fourni des résultats prometteurs sur le développement d’embryons de souris en microgravité.

L’objectif de cette étude était d’étudier pour la première fois comment les embryons de mammifères se développent en l’absence de gravité, de la fécondation à la formation du blastocyste, une étape clé du développement embryonnaire.

Une expérience pour explorer les effets de la microgravité sur le développement des embryons de mammifères

L’exploration humaine toujours plus poussée du Système solaire soulève des interrogations majeures sur la viabilité de la reproduction humaine dans des environnements en microgravité. La compréhension de ces aspects est non seulement essentielle pour le bien-être des futurs astronautes, mais également pour envisager la possibilité d’une colonisation humaine durable au-delà de la Terre.

Une expérience menée récemment sur la Station Spatiale internationale (ISS) a jeté un éclairage fascinant sur ce sujet en explorant le développement d’embryons de souris en microgravité, offrant des perspectives nouvelles et stimulantes sur la reproduction dans des conditions extraterrestres. Dans le cadre de ce projet, des chercheurs ont envoyé des cellules fécondées de souris congelées à bord de l’ISS en août 2021.

Une fois sur place, ces cellules ont été décongelées et maintenues dans des conditions spéciales à température corporelle. Dans le même temps, l’équipe a conservé un échantillon de contrôle sur Terre et un échantillon de contrôle à bord de l’ISS, mais soumis à une gravité artificielle similaire à celle de la Terre grâce à une centrifugeuse.

L’image montre des comparaisons entre les contrôles et les blastocystes en microgravité. Crédits : Wakayama et coll., Science, 2023 CC BY-NC-ND 4.0

Un succès mitigé

Durant une fenêtre de quatre jours en milieu de microgravité, les zygotes, qui sont les cellules fécondées, ont évolué pour devenir des blastocystes. Ces derniers représentent une phase spécifique du développement embryonnaire et sont caractérisés par une configuration cellulaire particulière. Ils se constituent d’une masse cellulaire interne et d’un trophectoderme, les éléments précurseurs du fœtus et du placenta.

Les résultats ont ici montré que ces blastocystes présentaient des similitudes avec ceux cultivés sous-gravité artificielle et sur Terre. Cependant, les taux de survie étaient inférieurs en microgravité par rapport à la Terre. Ainsi, ces découvertes suggèrent que la gravité n’affecte pas significativement la formation des blastocystes et la différenciation initiale des embryons de mammifères. Bien que les résultats soient prometteurs, la transition du stade de blastocyste à une grossesse viable reste toutefois encore très complexe. Elle nécessitera également des recherches plus approfondies.

En outre, des expériences antérieures avec des souris gravides ont aussi révélé des complications de santé chez leur progéniture, soulignant ainsi la nécessité de recherches continues pour comprendre pleinement le développement fœtal dans l’espace.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Togo, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here