Togo-Pegasus/Interview/Ferdinand Ayité : « Les autorités savent pourquoi elles gardent le silence »

3
Togo-Pegasus/Interview/Ferdinand Ayité : « Les autorités savent pourquoi elles gardent le silence »
Togo-Pegasus/Interview/Ferdinand Ayité : « Les autorités savent pourquoi elles gardent le silence »

Africa-PressTogo. Dans cette seconde partie de l’interview sur le scandale PEGASUS dont la première séquence a été publiée vendredi (……), Ferdinand Ayité fustige la violation de la vie privée et professionnelle, de la Constitution, la banalisation de l’espionnage par ce logiciel et annonce, concernant le Togo, une longue liste de cibles sur le point de sortir. Pour le Directeur de Publication du bihebdomadaire L’Alternative, “nous sommes dans la dérive totale et cette affaire doit interpeller tout le monde”. Lire ci-dessous.
Hier c’étaient les acteurs politiques, de la société civile et même les religieux; aujourd’hui ce sont les journalistes. Pensez-vous que la liste des cibles s’arrête à ces catégories de personnes ?
Ferdinand Ayité : Effectivement, il y a eu cette alerte de City Lab du Canada qui avait déjà annoncé que certains acteurs avaient été ciblés par le même logiciel ; aujourd’hui, ce sont les journalistes. Mais il n’y a pas que ceux-là. Pour le cas du Togo, c’est toute une longue liste qui va sortir certainement dans les jours à venir. Pour le moment, ce sont les journalistes qui ont été le plus rapidement identifiés. Vous allez remarquer que l’enquête est d’ailleurs plus menée par les journalistes et Amnesty International. Donc la priorité leur a été réservée dans le monde entier. Maintenant depuis mardi, on commence par parler des personnalités : Macron, le Président du PSG, le gouvernement français, etc. Donc en Afrique, pays par pays, les listes vont sortir. C’est un travail assez minutieux, de fourmi. Le moment venu, on aura la latitude de voir ceux qui ont été véritablement espionnés par ce logiciel et je parie qu’au Togo, ça doit être de tous les bords. Mais tout reste confidentiel pour le moment. On attend la liste et dès qu’elle sera prête, elle sera rendue publique par nos confrères qui ont mené cette enquête.
Certains Etats réagissent au scandale. Mais au Togo, c’est le silence total des autorités.
Ferdinand Ayité : Si elles gardent le silence, elles savent certainement pourquoi. J’ai appris à travers un reportage sur France 24, qui m’a d’ailleurs interrogé, que contactées, les autorités togolaises ont dit qu’elles n’ont pas de commentaire à faire. Donc elles savent pourquoi elles gardent le silence. Mais on n’est qu’au début du scandale. Il y a tellement d’autres choses qui vont sortir et d’ici là. Si les révélations se poursuivent, peut-être qu’elles finiront par réagir.
Comment analysez-vous cette banalisation de l’usage du PEGASUS au Togo ?
Ferdinand Ayité : Nous sommes dans la dérive totale et ça ne devrait pas inquiéter que les journalistes, mais tout le monde. Parce que dans ce pays, il y a des dispositions que le législateur a prises dans la Constitution pour protéger la vie privée, les communications, les citoyens d’un certain nombre de choses. Vous savez très bien que nous qui sommes des journalistes, les questions que nous évitons d’aborder, ce sont souvent celles liées à la vie privée parce que ce sont des sujets très sensibles et que la loi est très sévère là-dessus. Alors, savoir que quelque part il y a quelqu’un qui a mis un dispositif quelque part pour surveiller tout le monde dans le pays, violer l’intimité des gens, suivre leur vie privée, savoir ce qu’ils font, c’est une violation extrêmement grave des droits de l’Homme. Les gens ne s’en rendent pas compte, n’imaginent pas ce que c’est.
En Russie, c’est le système que Vladimir Poutine a utilisé pour faire chanter plusieurs de ses opposants qui se sont suicidés parce que le régime avait des images compromettantes d’eux qu’il a soutirées de leurs téléphones, notamment sur leur vie intime. Vous avez certainement dû lire que ce logiciel a contribué à l’assassinat (le 2 octobre 2018, Ndlr) du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au Consulat d’Arabie Saoudite en Turquie et que sa famille a été aussi infectée, suivie, ciblée. Et donc ce n’est pas quelque chose de banal. C’est seulement au Togo qu’il y a des gens qui jouent avec le pays, qui vont trop loin ; on ne sait pas quoi ils ont peur, qu’est-ce qu’ils ont fait pour s’entourer d’autant de mesures de sécurité, surveiller tout le monde, suivre les gens. C’est la preuve qu’eux-mêmes ils ne sont pas tranquilles, ils n’ont pas un capital confiance en eux, ils redoutent quelque chose et ils mettent tous les citoyens sous surveillance. C’est très grave. Mais les gens sont en train de banaliser (…) Il faut dénoncer ces dérives autoritaires et autocratiques d’un régime qui se permet tout.
Un message peut-être à qui de droit ?
Ferdinand Ayité : La Constitution togolaise a consacré des articles pour garantir la vie privée qui est inviolable. Nous qui sommes des journalistes, il y a le principe sacro-saint de la préservation des sources. Et lorsque des gens se permettent d’espionner, de prendre le contrôle de nos téléphones, c’est qu’on n’a plus de vie privée ou de vie professionnelle ; ce qui est extrêmement dangereux. C’est une violation grave des principes des droits de l’Homme, des dispositions des Nations Unies, de nos Constitutions et même des textes qui régissent notre profession. Je pense que ceux qui se livrent à ces genres de choses, doivent plutôt mettre leur énergie au service du développement de leur pays que de traquer leurs citoyens qui font tranquillement leur travail. Bon, nous, on continue de faire notre travail tranquillement et on va le faire.
Source: Le Tabloïd Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here