Cameroun – Crise anglophone: Quand le bilan du Grand dialogue national divise les hommes politiques.

1
Cameroun - Crise anglophone: Quand le bilan du Grand dialogue national divise les hommes politiques.
Cameroun - Crise anglophone: Quand le bilan du Grand dialogue national divise les hommes politiques.

Africa-Press – Cameroun. Trois ans après la tenue du Grand dialogue national (Gdn) au Cameroun, l’espoir est loin d’être au bout des attentes, selon le président de l’Alliance des forces progressistes (Afp) Cyrille Sam Mbaka. Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la peur distillée par les séparatistes reste pesante. De quoi conforter l’homme politique dans sa démarche. Réagissant au micro de nos confrères de la Rts, une radio émettant depuis Yaoundé, la capitale politique du pays, l’homme politique s’est dit déçu par ce qui est fait jusqu’ici. « Le bilan du Grand dialogue n’est pas du tout bon. On ne perçoit rien qui puisse nous donner de l’espoir. Néanmoins, nous pouvons voir des petits pas qui ont été faits par exemple la mise en place de certaines institutions qui tardent à décoller ».

Pour cet ancien cadre de l’Union démocratique du Cameroun (Udc), nous nous égarons. « Il s’agit d’écrire nous-même notre histoire… en dégageant un grand consensus national pour le nouveau Cameroun ». Une approche loin de résister à la ligne de conduite du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), parti au pouvoir. Pour Elvis Ngolle Ngolle, membre titulaire du comité central du parti des flambeaux, ces assises étaient un franc succès. « Des recommandations ont été approuvées par le président et l’implémentation est en cours. Il y a un comité de suivi pour l’implémentation de ces recommandations. Le statut spécial est effectif. L’espoir donné par la tenue de ce grand dialogue national est réel », se réjouit ce cadre du parti au pouvoir.

Tenu du 30 septembre au 4 octobre 2019, le Grand dialogue national avait pour but de trouver des solutions à la crise qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis fin 2016. Sur le terrain, la psychologue est permanente.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Cameroun, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here