pénurie inquiétante de marchandises à Bangui

5
RCA : pénurie inquiétante de marchandises à Bangui
RCA : pénurie inquiétante de marchandises à Bangui

Africa-PressCentrAfricaine. En République centrafricaine, les combats qui opposent l’armée nationale et la coalition rebelle continuent depuis mi-décembre, et la capitale Bangui se retrouve coupée du monde, car les grands axes sont impraticables. Le pays reçoit la majorité de ces marchandises par une route qui mène au Cameroun voisin, mais elle est bloquée par les rebelles depuis près de deux mois. La situation empire de jour en jour sur les marchés banguissois.

Le 12 janvier dernier, le gouvernement a annoncé la réouverture du grand axe qui mène du Cameroun jusqu’à la capitale centrafricaine qui ne s’est pas passée comme prévu, puisqu’un convoi commercial a été attaqué quelques jours après seulement.

Des centaines des camions sont bloqués à la frontière depuis le début du conflit mi-décembre, et malgré des dizaines des camions humanitaires qui sont enfin passés en Centrafrique le 3 février, le corridor reste difficile à sécuriser.

En ville, le manque de marchandise se fait sentir. Certaines denrées sont rares, et les Centrafricains vont faire leur course dans le quartier commerçant du PK5 ou les prix ne cessent d’augmenter.

« On ne sait pas si demain ça va devenir comment. On ne sait pas parce que jusqu’à aujourd’hui la route est toujours fermée au niveau de Garoua-Boulaï jusqu’à Bangui. Merci à Dieu, les gens passent un peu de l’autre côté du Congo que ça vient un peu, mais la grande route d’ici là s’est bloquée complètement »

, a déclaré un commerçant du quartier PK5.

Tandis qu’une cliente s’inquiète de l’augmentation et la rareté des produits :

« Y’a beaucoup des produits qui nous manquent, mais les gens déploient leur effort pour en trouver quelque part et nous livrer un peu plus cher. On a peur si le prix augmente encore beaucoup plus, on ne va pas s’en sortir et les activités seront bloquées

».

Il est difficile de savoir combien de temps dans la capitale et en région pourront continuer d’alimenter les marchés. Certaines organisations humanitaires évoquent déjà le risque des famines, de malnutrition en région alors que près de 2000 000 des personnes étaient déjà en insécurité alimentaire avant le début des combats mi-décembre. Les affrontements qui ont forcé plus de 240 00 à fuir leur domicile.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here