Bangui accuse à son tour la France de déstabiliser son régime à travers le site d’information en ligne Corbeau New Centrafrique

11
Bangui accuse à son tour la France de déstabiliser son régime à travers le site d’information en ligne Corbeau New Centrafrique
Bangui accuse à son tour la France de déstabiliser son régime à travers le site d’information en ligne Corbeau New Centrafrique

Africa-PressCentrAfricaine.  La guerre froide entre trois pays, Centrafrique – France et Russie commence à prendre de forme. Après que la France accuse la Centrafrique de soutenir des campagnes anti-françaises diligentées par les mercenaires russes présents en Centrafrique, c’est au tour de Centrafrique d’accuser la France de mener des campagnes de désinformation contre leurs alliés russes de la société Wagner à travers le site d’information Corbeaunews Centrafrique.

Si l’accusation de la France a pour comme effet direct, le gel de son aide budgétaire et la suspension de sa coopération militaire avec la Centrafrique, celle du régime de Bangui va se matérialiser par une décision de justice à travers les multiples plaintes qu’il va déposer en France, Russie, États-Unis, Centrafrique, Pays-Bas, etc. contre les journalistes rédacteurs du site d’information en ligne Corbeau New Centrafrique. C’est ce qui s’est ressorti d’un point de presse commun du porte-parole de la présidence de la république et Alexandre IVANOV, le chef de la communauté des officiers pour la Sécurité internationale (COSI), une organisation dite internationale qui n’existe que sur Tweeter et Facebook.

Diplomatiquement, Paris s’était réservé d’accuser directement les mercenaires russes, mais plutôt le régime du président Touadera. En suspendant la coopération militaire entre les deux pays, le ministère des Armées avait justifié cela par l’attitude inacceptable et incomprise de régime de Bangui et avait déclaré en son temps :

« À plusieurs reprises, les autorités centrafricaines ont pris des engagements qu’elles n’ont pas tenus, tant sur le plan politique envers l’opposition que sur le comportement vis-à-vis de la France qui est la cible d’une campagne de désinformation massive en RCA ».

« Les Russes n’y sont pas pour rien, mais les Centrafricains sont au mieux complices de cette campagne ».

Mais le pouvoir de Bangui préfère ne pas mâcher ses mots. La France est l’une des « Forces du mal » pour le pays. C’est le chef militaire des mercenaires russes et syriens en Centrafrique, Alexandre IVANOV, qui a ouvert les hostilités à travers un communiqué rendu public en indexant Corbeaunews comme une édition française avant que Albert Yaloké Mokpème, porte-parole de la présidence de la République lui emboîte le pas pour exprimer la position de l’État centrafricain lors d’une conférence de presse le 10 septembre dernier en qualifiant les autorités françaises comme celles qui font partie des ceux-là qui ne digèrent pas l’échec du CPC aujourd’hui et qui cherchent à jeter le discrédit sur le régime de Touadera qui se bat pour libérer le pays de sa griffe.

Alexandre IVANOV

: « …une autre intox est apparue contre les instructeurs russes de la communauté des officiers pour la Sécurité internationale. L’édition française Corbeau News a décidé d’inventer un nouveau crime monstrueux, dans lequel les instructeurs pourraient être impliqués ».

Albert Yaloké Mokpème :

« En Centrafrique, et notamment sur les réseaux sociaux, il existe certaines presses qui cherchent à créer la psychose au sein de la population. Ces médias cherchent des voies et moyens à discréditer l’image du pays à l’étranger, alors que les réalités sur le terrain ont toujours démontré le contraire… La participation de la Russie aux côtés des FACA pour les opérations de pacification du pays en un laps de temps est une insulte pour ceux qui veulent toujours maintenir le pays dans le chaos. Ceux-là ne digèrent pas cet échec du CPC jusqu’aujourd’hui et cherchent à jeter le discrédit sur le régime de Touadera qui se bat pour libérer le pays de la griffe des forces du mal ».

Si Monsieur Alexandre IVANOV, chef de la COSI affirme que les médias diffusant les fausses nouvelles doivent être poursuivis par la justice et que la liberté d’expression ne s’applique pas par le lancement de la campagne de désinformation, il entend obtenir justice et réparation en introduisant des actions « … en justice en France, en République centrafricaine, en Russie et dans tous les autres pays dont les médias répandront de fausses accusations contre les citoyens russes. Nous allons certainement obtenir justice et punir tous ceux qui trompent les gens en répandant des mensonges et en incitant à la haine conformément à la loi ! ».

Pour le Directeur de publication de Corbeau New Centrafrique Alain Nzilo, ce n’est pas étonnant pour lui. C’est le chemin qu’empruntent généralement et naturellement le plus souvent tous les régimes démocratiques qui veulent se transformer à un régime dictatorial, s’éterniser au pouvoir.

Alain Nzilo : « C’est comme ça que les régimes se transforment au monde. Massacrer, arrêter, chasser les leaders d’opinion, les opposants, bourrer la gueule pour des affamés pour les museler, car la bouche pleine ne parle pas. Et en indexant des personnes sur les réseaux sociaux que moi, je ne les connais pas et que je ne travaille pas non plus avec elles, c’est un moyen pour le pouvoir de Bangui et ses mercenaires, d’intimider et de pousser à une vie clandestine les vrais journalistes qui travaillent sur le terrain et qui répondent aux sollicitations des partenaires au développement qui souhaitent à ce que leurs réalisations soient portées à la connaissance du grand public. Ils ont arrêté et tabassé un jeune commerçant à Ippy en le considérant comme Moïse Banafio, mais cela n’a pas empêché notre correspondant de continuer à exercer son boulot».

Pour le Directeur de publication de Corbeaunews Centrafrique Alain Nzilo qui ne veut pas se laisser intimider, « l’insomnie n’est pas un motif d’une plainte devant les juridictions et ne constitue pas, non plus, un préjudice dont on doit demander réparation. Notre combat quotidien au sein du groupe Corbeau New Centrafrique, notre ligne éditoriale quotidienne, c’est de défendre les libertés, dénoncer toutes les violations des droits de l’homme. Alors si nos révélations leur donnent de l’insomnie, ils n’ont qu’à ordonner à leurs troupes d’arrêter de violenter, maltraiter, violer, humilier, abuser des pouvoirs de port d’armes qu’ils disposent pour tuer les paisibles citoyens qui n’ont rien à voir avec les éléments du CPC et qui ne portent pas d’arme de guerre »

Rappelant que l’attaque contre le site d’information en ligne Corbeau New Centrafrique est intervenu après plusieurs mois de son blocus sur le territoire centrafricain et après des séries des évènements fâcheux et actes de sabotage des intérêts français en Centrafrique.

Evènements fâcheux,

la qualification de Touadera comme un otage des mercenaires russes dans son propre pays par le président français Emmanuel Macron, l’infiltration de la société Global Technologies, un des fleurons français de l’installation de réseaux télécoms dans les zones à risque par le renseignement russe ayant conduit au retrait de ses habilitations par les autorités françaises ; l’arrestation à Bangui, pour espionnage, complot et atteinte à la sûreté de l’État du français Juan Rémy Quignolot en possession d’armes de guerre à Bangui.

Les actes de sabotage des intérêts français en Centrafrique

entre autres, les incendies de l’Ambassade de France à Bangui, et des installations de la société de téléphonie mobile française Orange, le refus de ravitailler la société française Total en hydrocarbure en vue pousser les centrafricains contre eux.

Si certains observateurs pensent que la nomination d’un “pro-français”, Henri Marie Dondra, au poste de Premier ministre en remplacement de Firmin NGRÉBADA, réputé pour être “un proRusse”, pourrait réconcilier Bangui avec Paris, cela n’est pas le goût des patrons du groupe Wagner.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here