La présence de Wagner dont personne ne parle à la frontière centrafricano-tchadienne

2
La présence de Wagner dont personne ne parle à la frontière centrafricano-tchadienne
La présence de Wagner dont personne ne parle à la frontière centrafricano-tchadienne

Africa-PressCentrAfricaine Suite aux combats meurtriers entre des soldats centrafricains et tchadiens à la frontière entre les deux pays, le Tchad a accusé la Centrafrique de « crime de guerre ». Les deux pays ont ouvert des discussions diplomatiques pour calmer les tensions.

La délégation centrafricaine, composée des ministres des affaires étrangères, de la défense nationale et sécurité publique, s’est rendue à N’djamena pour essayer de calmer les choses avec son voisin tchadien. A l’issue de la rencontre, la partie centrafricaine a reconnu « sa surprise » concernant cette attaque et a proposé au Tchad une enquête conjointe. Surprise feinte ou réelle, « il est impensable que les militaires centrafricains prennent l’initiative de traverser une frontière sans en avoir reçu l’ordre » affirment de nombreux spécialistes des conflits en Afrique subsaharienne.

Il y en a par contre d’autres qui sont capables de s’affranchir des frontières tout comme ils s’affranchissent de l’Etat de droit et de la souveraineté étatique. Ceux-là mêmes sont les mercenaires de Wagner. Selon plusieurs témoignages recueillis dans les deux pays, ce sont bien des hommes parlant russe et arabe qui ont franchi la frontière et qui ont kidnappé les militaires tchadiens pour les ramener en territoire centrafricain pour ensuite les assassiner avec sang-froid. Selon certaines sources à la solde de Wagner, les militaires tchadiens ont été malencontreusement touchés alors que les Russes ciblaient soi-disant des mercenaires tchadiens… Mais depuis quand ne sait-on pas faire la différence entre un mercenaire et un militaire ? Les hommes de Wagner sont pourtant des mercenaires eux-mêmes ils devraient donc savoir. On les reconnaît bien d’ailleurs ces mercenaires russes quand ils se promènent dans Bangui avec leurs treillis dépareillés, leurs baskets achetés aux vendeurs de PK0 et leurs cagoules. Jamais on ne confondrait un mercenaire avec un vrai militaire, pourquoi eux le feraient alors ?

Après avoir commis des exactions contre la population civile, après avoir volé les biens de Centrafricains innocents, après avoir arrêtés des jeunes pour la seule raison qu’ils étaient musulmans et les avoir fait disparaître, maintenant les mercenaires russes s’en prennent carrément à des militaires d’un pays voisin, d’un peuple frère, dont ils violent la frontière. Ils n’ont donc aucune limite.

Nous connaissons la capacité des hommes de Wagner à mener la guerre de la désinformation et des fake news à Bangui. Ils vont ainsi certainement essayer à travers des influenceurs qu’ils paient d’imposer une version des faits les dédouanant de toute responsabilité mais qui mettra certainement les FACA dans une situation délicate. Il y a fort à parier que leurs prochaines victimes seront leurs alliés au combat, les militaires centrafricains, et après peut-être même nos dirigeants politiques.

D’autant plus qu’une enquête menée par une commission de l’ONU est en cours, toute la vérité va donc sortir. Dans l’attente des résultats de cette enquête, l’affaire est à suivre avec vigilance !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here