Les mercenaires russes sèment la panique entre Birao et Gordile, 12 motos confisquées, et des boutiques pillées

2
Les mercenaires russes sèment la panique entre Birao et Gordile, 12 motos confisquées, et des boutiques pillées
Les mercenaires russes sèment la panique entre Birao et Gordile, 12 motos confisquées, et des boutiques pillées

Africa-PressCentrAfricaine Samedi soir, environ 42 véhicules du convoi russe ont quitté la ville de Birao à destination de Tiringoulou, dans la préfecture de la Vakaga. Mais au cours de route, ils ont semé le désordre et le chaos dans chaque village. Plus d’une douzaine des motos emportées, des boutiques pillées, des chèvres et poulets emportés aux propriétaires. Sur place, c’est la colère et l’incompréhension.

Depuis la semaine dernière, une cinquantaine des véhicules russes en provenance du nord du Soudan sont arrivés par la voie terrestre en République centrafricaine. Le convoi traverse la ville frontalière de Amdafock avant de progresser vers Birao, chef-lieu de la préfecture de la Vakaga, à l’extrême nord-Est du pays. Pendant ce temps, un autre convoi de six véhicules, à bord une trentaine des mercenaires russes, ont quitté Bambari pour la sous-préfecture de Mbrés, puis 24 heures plus tard, ils ont quitté Mbrés pour Bamingui, puis vers Birao quelques heures avant l’arrivée du convoi en provenance du Soudan.

Entre-temps, à Mbrés et Bamingui, les commerçants se plaignent du comportement de ces mercenaires russes de passage dans leur localité. D’après eux, ils ont ramassé de force leur moto et pillent également leurs magasins.

Et ce n’est pas tout ! Après quelques jours passés à Birao, une partie de ces mercenaires a quitté samedi soir la ville de Birao, escortant une quarantaine des véhicules russes en provenance du Soudan pour une destination inconnue via l’axe Tiringoulou. Mais au cours de leur passage, ces mercenaires n’ont pas cessé de piller les boutiques, de confisquer les motos, voire même les chèvres et poulets. Et le dégât le plus important avait eu lieu au village Ndiffa, ou cinq boutiques ont été littéralement pillées par les mercenaires.

Selon des sources locales, entre Birao et Gordil, les mercenaires ont pillé beaucoup de choses.

Comme ils ont l’habitude de dire « d’aller voir le chef de l’État », sera-t-il en mesure de rembourser toutes ces victimes des mercenaires russes de la société Wagner ?

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here