CAN-2022 : Vincent Aboubakar, capitaine et guide du Cameroun

3
CAN-2022 : Vincent Aboubakar, capitaine et guide du Cameroun
CAN-2022 : Vincent Aboubakar, capitaine et guide du Cameroun

Africa-Press – CentrAfricaine. Depuis le début de la CAN-2022, le capitaine du Cameroun Vincent Aboubakar porte son équipe. Avec cinq buts au compteur, il a largement contribué à la qualification des Lions indomptables pour les 8es de finale. À 30 ans, il est adulé par tout un peuple.

Vincent Aboubakar est l’homme fort du début de la CAN-2022. Avant même les 8es de finale, le capitaine du Cameroun est déjà entré dans l’histoire du football national.

Après ses deux doublés contre le Burkina-Faso (2-1) et l’Éthiopie (4-1) et son but contre le Cap-Vert (1-1), l’attaquant a déjà rejoint la star Samuel Eto’o (5 buts en 2006 et 2008) et dépassé une autre légende des Lions Indomptables, Roger Milla (4 buts en 1986), comme Patrick Mboma en 2004. Avec cinq buts au compteur, il avance au rythme du recordman sur une CAN, le Zaïrois Pierre Ndaye Mulamba, 9 buts en 1974, en cinq rencontres.

Irrésistible devant le but, le joueur d’Al-Nassr Riyad (Arabie saoudite) est tombé amoureux du ballon rond dès son plus jeune âge. Le footballeur, qui a fêté ses 30 ans le 22 janvier, à la veille des 8es de finale, a découvert cette passion dans les rues du quartier Roumdé Adjia de Garoua, comme le raconte le journal Le Monde. “Il aime le football depuis l’âge de 6 ans !”, a expliqué au quotidien Michel Dior, son frère aîné. À l’époque, il joue gardien de but, mais sa famille ne l’encourage pas dans le sport, “convaincue que comme la plupart des gamins camerounais, il n’ira pas loin et finira par laisser tomber”, souligne son frère.

De Garoua au FC Porto

Alors que sa fratrie le pousse à poursuivre ses études, Aboubakar est repéré par le club de sa ville natale, le Coton Sport Garoua et rejoint les équipes de jeunes. Lors de la saison 2008-2009, il passe professionnel. Moussa Touré, secrétaire général de Coton Sport FC de Garoua de 2007 à 2017, se rappelle bien de ses débuts fracassants. “Je me souviens aussi de son premier match international. C’était au Gabon en Ligue des Champions avec Coton Sport en 2009. Vincent m’avait dit qu’il était fatigué et ne voulait pas voyager car il venait de faire des essais en Europe. Mais finalement, on y est allé ensemble. Il a marqué trois buts ce jour-là contre MangaSport”, a-t-il raconté au site Foot11.

Ses performances en club lui permettent de faire partie de la liste des 23 joueurs convoqués par Paul Le Guen pour participer à la Coupe du monde 2010 avec le Cameroun. II devient, à 18 ans, l’un des trois plus jeunes joueurs de ce Mondial. La même année, il est recruté par Valenciennes, alors en Ligue 1, et fait ses débuts en Europe. “On a vu quand il est arrivé, qu’il avait des grosses qualités. Vincent avait du mal à s’adapter à la vie française, il était timide. En Coupe de la Ligue, il met trois buts contre Boulogne et fait sensation. Cela a été un déclic pour le club”, a confié son ancien coéquipier dans le club nordiste Guillaume Loriot, à Foot11.

Trois ans plus tard, Vincent Aboubakar part pour Lorient. Sa première saison en Bretagne est un succès : il termine deuxième meilleur buteur du championnat derrière Zlatan Ibrahimovic avec avec 16 réalisations en 32 matchs de Ligue 1. En 2014, il s’envole pour le Portugal, au FC Porto, où il passe cinq saisons et remporte deux championnats. Il est prêté un an au club turc du Besiktas (2016-2017), avant d’y retourner en 2020, où il inscrit 15 buts en championnat et décroche le doublé Coupe-Championnat.

À l’issue de la saison, il se lance un nouveau défi et s’engage en juin 2021 en faveur du club saoudien d’Al-Nassr, où il a marqué six buts depuis son arrivée. “J’ai vécu les meilleurs moments de ma carrière de footballeur à Besiktas. J’ai atteint le sommet avec ce club mais l’offre qu’ils m’ont proposée ne me suffisait pas. Parfois, certaines situations sont hors de votre contrôle”, avait alors expliqué Vincent Aboubakar au journal turc Ajansspor.

“C’est un vrai leader dans le vestiaire”

Un peu sorti des radars après ce départ pour le Moyen-Orient, le capitaine camerounais refait donc parler de lui à l’occasion de la CAN-2022. En trois matches, il a montré qu’il avait les épaules pour porter sa sélection. Le buteur “est respecté par ses coéquipiers, il représente très bien l’entraîneur, il est un leader”, a ainsi déclaré son sélectionneur Toni Conceiçao avant d’ajouter : “C’est un très grand joueur sur le terrain et également en dehors.”

Vincent Aboubakar est également encensé par ses coéquipiers. “C’est vraiment quelqu’un qui nous donne des conseils, surtout à nous les attaquants. C’est un vrai leader dans le vestiaire. Quand il faut parler, il le fait et nous encourage. Je suis bien content de ses bonnes performances sur le terrain. Cela lui fait cinq buts déjà. On espère qu’il va terminer meilleur buteur”, a ainsi résumé l’attaquant camerounais Ignatius Ganago au site 365football.

Avec des débuts aussi tonitruants et devant son public, le capitaine pourrait bien continuer sur cette lancée. Les Lions indomptables joueront leur 8e de finale le 24 janvier à Yaoundé, face à la modeste sélection des Comores, invitée surprise de cette phase finale.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here