panne de l’électricité à Bangui, 3 jours après, la population commence à sentir les conséquences

3
RCA : panne de l’électricité à Bangui, 3 jours après, la population commence à sentir les conséquences
RCA : panne de l’électricité à Bangui, 3 jours après, la population commence à sentir les conséquences

Africa-PressCentrAfricaine.  Trois jours après une gigantesque panne de l’électricité qui a frappé la capitale centrafricaine le vendredi 23 avril, les conséquences de cette interruption de courant commencent à se faire sentir à Bangui, que ça soit à la maison, au travail ou encore dans l’espace public.

Sans doute, le service public et l’économie centrafricaine commencent à subir l’effet de la perturbation de la distribution de l’électricité dans la capitale. Presque tout tourne au ralenti. Les activités génératrices des revenus sont totalement paralysées, et ce, après les dégâts causés par la pluie sur les câbles électriques de l’énergie centrafricaine (ÉNERCA) au village Danzi, situé à une vingtaine de kilomètres de la capitale sur l’axe Boali, le vendredi dernier.

Du département de l’économie en passant par celui du commerce, de l’immigration ou encore à la primature, les services fonctionnent au ralenti. Le personnel est dehors à cause de la chaleur. La climatisation ne fonctionne plus. Ceux qui utilisent les ordinateurs n’arrivent pas à travailler à cause du manque d’électricité.

Même le ministère des Finances n’échappe pas aussi à ce problème de coupure d’électricité. Pour le chef de service des ressources humaines, Monsieur Jacky Mamadou Wangué, c’est le pays tout entier qui est paralysé.

« Ce bâtiment abrite trois directions. La direction du système d’information, la direction des ressources et la direction du contrôle financier. Donc depuis vendredi ça ne fonctionne pas. Nous sommes vraiment bloqués à ce niveau. Vous voyez le contrôle financier là, si ça ne fonctionne pas, ça bloque un peu le pays. C’est ça que les gens ignorent »

, a réagi monsieur Jacky Mamadou Wangué.

Les activités économiques ne sont pas restées en marge des conséquences du délestage. Rodrigue Touloundjou, fait des photocopies au centre-ville, il n’arrive pas à réaliser de bénéfice parce qu’il utilise un groupe électrogène.

Le 23 avril dernier, une pluie torrentielle a renversé cinq pylônes qui supportent les câbles électriques de l’ÉNERCA à Danzi. Le courant, qui quitte le barrage de Boali, ne peut donc pas arriver à Bangui. Cette situation a affecté tous les secteurs d’activités dans la capitale. L’énergie centrafricaine qui est à pied d’œuvre pour pallier ce problème, estime que les travaux vont un peu durer.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here