EN IMAGES. Expo : venez à la rencontre des fleuves au Musée des Confluences de Lyon

9
EN IMAGES. Expo : venez à la rencontre des fleuves au Musée des Confluences de Lyon
EN IMAGES. Expo : venez à la rencontre des fleuves au Musée des Confluences de Lyon

Africa-Press – Comores. Un appel au voyage ! Voilà la promesse de l’exposition “Nous les Fleuves”, une exposition du Musée des Confluences de Lyon présentée du 21 octobre 2022 au 27 août 2023.

La remontée du fleuve, de sa source au delta

Nous suivons tout au long de l’exposition le parcours d’un fleuve. Et tout commence par sa source, figurée dès l’entrée de l’exposition par une œuvre représentant les gouttes d’eau originelles. Après cette étape, c’est la plongée à proprement parler dans le fleuve. Une immersion rendue possible par la bande sonore ainsi que par un éclairage aux teintes bleues et vertes. Le visiteur va ensuite à la rencontre des confluents. Les méandres des fleuves sont incarnées dans la scénographie du musée par des murs sinueux, parcourus de tulles. De quoi produire un effet de transparence évoquant celui des eaux. Enfin, les deltas produisent un effet de rupture dans l’exposition, qui rappelle celui qu’ils jouent dans le réel, comme interfaces entre la terre et la mer.

Chacun reconnaîtra une facette des fleuves qui lui est familière

L’exposition est aussi l’occasion de découvrir les différentes mythologies avec lesquelles des civilisations (indiennes, égyptiennes) ont associé les fleuves. Elle permet aussi de retrouver les oeuvres de peintres qui, a l’instar de Jean-Baptiste Camille Corot, ont personnifié les fleuves, les ont associés à des moments clés de notre histoire comme la Révolution Industrielle, ou ont dénoncé les impacts humains sur les fleuves.

Autre source d’étonnement : la représentation des bassins versants, qui peuvent être d’une superficie incroyable comme celui de l’Amazone, ou du Mississippi qui occupe 40% du territoire des Etats-Unis. Ils jouent aussi un rôle dans les relations géopolitiques dans certaines régions du monde ; l’exposition montre comment le Nil est source de tensions entre l’Éthiopie et l’Égypte.

La biodiversité des fleuves n’est pas oubliée. De nombreux animaux naturalisés ont été rassemblés, des plus inoffensifs – esturgeons, castors ou encore genette commune… – au plus dangereux (requins-bouledogues ou hippopotames). Enfin, l’exposition est aussi l’occasion de mettre en avant la fragilité des fleuves, déstabilisés par les constructions humaines, le réchauffement climatique et la montée des eaux.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here