Omicron: que sait-on du nouveau “variant préoccupant” du coronavirus ?

8
Omicron: que sait-on du nouveau
Omicron: que sait-on du nouveau "variant préoccupant" du coronavirus ?

Africa-Press – Congo Brazzaville. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré ce vendredi qu’une nouvelle mutation du coronavirus est un “variant préoccupant”.

Le variant, appelé omicron, a été signalé pour la première fois à l’OMS par l’Afrique du Sud le 24 novembre.

Anciennement connue sous le nom de B.1.1.529, il a également été identifié au Botswana, en Belgique, à Hong Kong et en Israël.

L’OMS a déclaré vendredi dans un communiqué que les données préliminaires suggèrent un risque accru de réinfection par ce variant.

L’organisation a déclaré que le nombre de cas de ce variant semble augmenter dans presque toutes les provinces d’Afrique du Sud.

“Ce variant présente un grand nombre de mutations, dont certaines sont inquiétantes”, a-t-il déclaré.

Plusieurs pays, dont les États-Unis et l’Union européenne, ont annoncé des restrictions sur les voyages en provenance d’Afrique australe .

“L’OMS a identifié un nouveau variant du covid qui se propage en Afrique du Sud. Par précaution, jusqu’à ce que nous ayons plus d’informations, j’ordonne des restrictions sur les voyages aériens en provenance d’Afrique du Sud et de sept autres pays”, a déclaré vendredi le président américain, Joe Biden.

Les restrictions concernent l’Afrique du Sud, le Botswana, le Zimbabwe, la Namibie, le Lesotho, l’Eswatini (Swaziland), le Mozambique et le Malawi.

Que signifie “variant préoccupant” ?

Un “variant préoccupant” est la catégorie la plus élevée de la liste des variants du covid, créée par l’Organisation mondiale de la santé.

Cette décision ajoute du poids à l’inquiétude scientifique croissante concernant la dangerosité de ce nouveau variant, mais ne change rien aux faits.

Le variant présente une collection stupéfiante de mutations qui sont censées augmenter sa capacité à se propager et à contourner une partie, mais pas la totalité, de la protection des vaccins.

Cependant, nous ne disposons toujours pas de données claires sur son impact dans la vie réelle.

Nous ne savons pas avec certitude si elle se propage plus rapidement, si elle rend les vaccins ou les médicaments moins efficaces ou si elle entraîne une maladie plus grave.

Nous parlerons beaucoup de l’omicron dans les prochaines semaines.

Restriction des déplacements

Il n’est pas rare qu’un virus change ou mute au fil du temps.

Un variant devient un variant préoccupant lorsque cette mutation peut affecter la transmissibilité, la virulence ou l’efficacité des vaccins, entre autres.

L’OMS a déclaré qu’il faudra quelques semaines pour comprendre l’impact de le nouveau variant, tandis que les scientifiques s’efforcent de déterminer dans quelle mesure elle est transmissible.

L’OMS a mis en garde contre des restrictions de voyage hâtives et a déclaré qu’il fallait adopter une “approche scientifique et fondée sur le risque”.

Toutefois, les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, les pays de l’UE, la Suisse, Israël, le Japon, le Kenya et Singapour ont temporairement suspendu l’arrivée de voyageurs étrangers en provenance de certains pays d’Afrique australe.

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, a affirmé qu’il prendra des “mesures rationnelles” face à l’apparition du nouveau variant et a manifesté une nouvelle fois contre les mesures d’isolement social.

“Tout peut arriver. Un nouveau variant, un nouveau virus. Mais le Brésil et le monde ne peuvent pas supporter un nouvel enfermement, cela condamnerait tout le monde à la misère, qui mène aussi à la mort”, a déclaré le président ce vendredi après une manifestation militaire à Rio de Janeiro.

Le ministre sud-africain de la santé, Joe Phaahla, a déclaré que les interdictions de vol étaient “injustifiées”.

“La réaction de certains pays, en termes d’interdiction de voyage, est totalement contraire aux normes et standards recommandés par l’OMS”, a-t-il déclaré.

Les marchés boursiers du monde entier ont également fortement chuté vendredi, reflétant les craintes des investisseurs quant à l’impact économique possible de la nouveau variant.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here