Procès en appel de Rossy : confrontation le 12 janvier prochain entre Carine Lokeso et le chargé du dépôt des munitions de la ville

0
Procès en appel de Rossy : confrontation le 12 janvier prochain entre Carine Lokeso et le chargé du dépôt des munitions de la ville
Procès en appel de Rossy : confrontation le 12 janvier prochain entre Carine Lokeso et le chargé du dépôt des munitions de la ville

Africa-Press – Congo Kinshasa. L’instruction du dossier en appel sur le meurtre de l’activiste pro-démocratie Rossy Mukendi, tué le 25 février 2018 lors d’une marche des laïcs catholiques, se poursuit à la Haute Cour militaire. Les juges ont instruit et presque fini sur la première prévention liée à la violation des consignes.

Contestant les termes des consignes données par le Commissaire provincial de la police, le Général Sylavno Kasongo, lors de la parade du 24 février 2018 soit à la veille de la marche du 25 février 2018, la prévenue Carine Lokeso sera confronté au chargé du dépôt des munitions de la ville de Kinshasa sur l’utilisation des armes et munitions létales, le 12 janvier prochain.

La Cour militaire de Kinshasa-Matete avait, au premier degré, condamné le 10 janvier dernier, la commissaire supérieure, Carine Lokeso, à la servitude pénale à perpétuité assortie de 10 ans de sûreté incompressible. Elle avait été reconnue coupable des infractions de meurtre de Rossy Mukendi et de violation des consignes.

Son co-accusé, le brigadier en chef, Gérard Tokis Nkumbo, considéré comme l’auteur du tir ayant entraîné la mort de l’activiste, avait écopé de la même peine. Il avait été disculpé, par contre, de l’infraction de violation des consignes. Franco Bivuala, garde de corps de Carine Lokeso, avait, quand à lui, été condamné par contumace à 10 ans de prison pour violation des consignes.

Outre les peines prononcées à leur encontre, la Cour militaire les avait également condamnés ainsi que l’État congolais a versé la somme de 115.000 dollars américains aux parties civiles au motif des dommages et intérêts. Ce montant n’avait pas rencontré l’assentiment des parties civiles. Celles-ci avaient interjeté appel.

« Le réajustement du montant des dommages et intérêts parce qu’il était insignifiant partant du préjudice subi par les familles », a déclaré ce vendredi 07 octobre à Media Congo Press, Arsène Tshimanga, frère de Rossy Mukendi Tshimanga. Lors de la plaidoirie, leur conseil avait réclamé une indemnisation à hauteur de 11 millions de dollars américains pour le préjudice subi.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here