Pourquoi Eni déploie les grands moyens pour exploiter le gaz et le pétrole ivoiriens

9
Pourquoi Eni déploie les grands moyens pour exploiter le gaz et le pétrole ivoiriens
Pourquoi Eni déploie les grands moyens pour exploiter le gaz et le pétrole ivoiriens

Baudelaire Mieu

Africa-Press – Côte d’Ivoire. L’investissement de 10 milliards de dollars doit permettre au pétrolier italien de construire les multiples infrastructures nécessaires à l’exploitation et au transport des matières premières issues du méga-gisement baptisé « Baleine ».

Au cours des deux dernières années, Claudio Descalzi, basé à Milan, en Italie, a fait d’Abidjan l’une de ses destinations préférées. Le président-directeur général (PDG) du géant pétrolier Eni, s’est rendu à plusieurs rendez-vous au palais présidentiel et à la résidence du chef de l’État, Alassane Ouattara, où il a négocié plusieurs avantages pour son groupe, dont la signature d’un décret d’exploitation exclusive.

Eni a prévu d’investir 10 milliards de dollars avec son partenaire, la Société nationale des opérations pétrolières (Petroci), dans le développement et l’exploitation de son méga-gisement « Baleine ». Découvert en août 2021, ce dernier est logé sur le bloc CI-101, à 80 kilomètres au sud-est d’Abidjan, au large de la station balnéaire d’Assouindé. Son potentiel est estimé à 2,5 milliards de barils de pétrole et plus de 3 300 milliards de pieds cube de gaz naturel associé.

Forages, micro-tunnels et routes

Pour le développement du gisement en eaux très profondes (entre 900 et 1 400 mètres), trois puits ont déjà été forés, avec 50 kilomètres de lignes et quatre collecteurs sous-marins. Quatre-vingts kilomètres de tronçons offshore de pipeline ont été construits depuis la plateforme de production de « Baleine » au champ offshore Lion GPL, la station de traitement de Petroci actionnaire à 17 % dans le projet. Onze kilomètres de tronçons terrestres ont par ailleurs vu le jour.

Ces infrastructures permettront d’exporter le gaz vers la côte. L’une des innovations est la construction de micro-tunnels pour les gazoducs. Le réseau a été réalisé par l’entreprise privée ivoirienne Kuyo Pipelines, dirigée par Vanessa Kuyo. Les prévisions pour le gisement sont estimées à 15 000 barils par jour, ce qui portera à 65 000 barils la production nationale quotidienne, actuellement comprise compris entre 30 000 et 50 000 barils.

Le champ de Baleine progressera vers les 150 000 barils/jour à l’horizon 2027, ce qui permettra à la Côte d’ivoire d’intégrer le top 10 des producteurs de pétrole en Afrique, encore loin derrière de la Libye (1,2 million de barils), l’Angola (1,1 million) ou le Nigeria (1,08 million).

Eni investira dans la production de gaz naturel pour alimenter les centrales thermiques d’électricité avec une projection de 200 000 millions de pieds cubes par jour. L’intérêt de l’État ivoirien porte sur l’extraction des sous-produits comme le méthane, ou le butane pour une production de 150 000 tonnes, soit le tiers de la consommation des ménages.

Compensation carbone

Malgré une logistique impressionnante, l’impact du gisement sur l’environnement devrait être limité, à en croire le pétrolier italien. Dont le patron, en coulisses, ne manque pas de se vanter de l’exploit que constitue selon lui la rapidité de la mise en exploitation du champ avec de telles exigences en matière de respect des normes environnementales. Aucun torchage (processus par lequel le gaz naturel est brûlé de manière contrôlée lors de l’extraction du pétrole) n’est prévu. Et, afin de compenser la production de carbone, Eni veut investir dans les projets verts comme la préservation des forêts et l’émission de crédits carbone certifiés.

Le groupe italien a parallèlement conclu un accord avec la fédération des planteurs d’hévéa pour l’approvisionnement de 20 000 tonnes de graines par an afin de produire du biocarburant. Le navire de production et de stockage « Firenze », avec sa capacité de 600 000 tonnes, a d’ores et déjà mis le cap sur « Baleine ».

Source: JeuneAfrique

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here