Affaire « une carte CMU » qui ne sert à rien, Adama Kamara crache ses vérités à Billon

11
Affaire « une carte CMU » qui ne sert à rien, Adama Kamara crache ses vérités à Billon
Affaire « une carte CMU » qui ne sert à rien, Adama Kamara crache ses vérités à Billon

Africa-Press – Côte d’Ivoire. C’est une réponse du berger à la bergère. En tout cas, le ministre de l’Emploi et de la protection sociale, Adama Kamara n’a pas été tendre envers Jean-Louis Billon ce samedi à Bingerville.

En effet, depuis l’orphelinat de Garçons où il y était, dans le cadre de la ronde du social pour sensibiliser les artisans sur la Couverture maladie Universelle (CMU), il a craché ses vérités, aux détracteurs, mais particulièrement à l’ex-ministre du Commerce.

Le député et cadre du PDCI, Jean-Louis Billon, avait, faut-il le rappeler, estimé que la Couverture maladie Université (CMU) ne servait à rien.

“Laissez ceux qui parlent. Je ne vais pas répondre à certains qui ne le méritent pas. Malheureusement, je vais répondre à un, qui est responsable. Jean-Louis Billon. C’est l’homme le plus riche de la Côte d’Ivoire. Jean-Louis Billon est député, il a raison de dire que la carte CMU ne lui sert à rien. Mais, il a deux assurances. Parce qu’il est député, il a une assurance obligatoire complémentaire au niveau du parlement. En effet, sur vos impôts, qu’on utilise pour doter le parlement de budget, chaque fin du mois, le parlement paie 250.000 FCFA pour lui, parce qu’il travaille à l’Assemblée nationale. Ça fait 2 ans de cotisation pour vous. Ça s’appelle de l’imposture.

S’il [Billon] ne peut pas vous aider à rentrer dans un système structurel de prise en charge pour vos problèmes sanitaires, il ne doit pas se comporter ainsi. Bien plus, il est président de la commission sociale du parlement. Ce n’est pas acceptable. Je peux comprendre des gens qui ne comprennent pas la structuration de ce dont on parle. Ça peut arriver, mais pas lui. Avec ça, il veut devenir président de la république de Côte d’Ivoire”, a asséné le ministre.

Adama Kamara a souhaité en outre que ce projet soit encouragé, car même en France, ils n’ont pas connu le taux de progression que la Côte d’Ivoire a connu”.

“N’en déplaisent aux détracteurs de la couverture maladie universelle. Qu’il pleuve, qu’il neige, que le soleil brille de mille feux, nous allons parcourir la Côte d’Ivoire pour annoncer la bonne nouvelle et leur dire que la Couverture maladie universelle, le régime social des travailleurs indépendants est la solution structurelle à leur problème de retraite, d’accès aux médicaments”, a-t-il martelé.

Le ministre a en outre décrié les mensonges sur la couverture.

“Il y a trop de mensonges. Tous ceux qui ont été président en Côte d’Ivoire depuis Houphouët. Ils ont toujours voulu faire la Couverture maladie universelle. Les intellectuels de ce pays le savent. Ils ont peur parce que la Couverture maladie universelle, c’est l’expression achevée de la croissance continue que notre pays a connu. Ils n’ont pas pu créer de croissance. Donc, ils n’ont pu faire ruisseler cette croissance. Le président de la république a créé la croissance et il l’a fait ruisseler vers chacun d’entre vous. C’est ça qui fait peur. Qu’ils n’aient pas peur parce que les nouvelles que nous apportons sont bonnes. En juin 2019, on a commencé la phase de la généralisation progressive par le prélèvement des cotisations. ”

“En deux ans quasiment, on a enrôlé 3500.000 personnes. Même la grande France ne l’a pas fait. Nous devons célébrer le Président de la république parce que la Couverture maladie universelle qui a cours dans notre pays n’est pas sectoriel. C’est une Couverture maladie universelle acquise à tous les habitants de Côte d’Ivoire. Ils ont géré ce pays. Ont-ils pu faire accéder à la couverture maladie universelle ? ” s’est-il interrogé.

Aux souscripteurs et dispensateur de médicaments, le ministre les a invités à s’approprier la Couverture maladie universelle.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here