Au lendemain des élections locales, pour Boga Sako « La CEI doit gagner en professionnalisme et l’opposition ivoirienne doit se remettre en cause »

6
Au lendemain des élections locales, pour Boga Sako « La CEI doit gagner en professionnalisme et l'opposition ivoirienne doit se remettre en cause »
Au lendemain des élections locales, pour Boga Sako « La CEI doit gagner en professionnalisme et l'opposition ivoirienne doit se remettre en cause »

Africa-Press – Côte d’Ivoire. Plusieurs dysfonctionnements ont été constatés dans des centres de vote le jour des élections municipales couplées régionales le 2 septembre 2023.

Les Observateurs Indépendants des Élections (OIDE), dirigés par le président de la Fondation Internationale pour l’Observation et la Surveillance des Droits de l’Homme et de la Vie Pacifique (FIDHOP), Gervais Boga Sako ont animé hier mardi 5 septembre 2023 à Cocody, une conférence de presse.

Il était question pour Boga Sako de faire le bilan de la mission d’observation de sa structure sur le processus électoral.

Selon lui, les observations ont porté sur près 17 régions de la Côte d’Ivoire sur le terrain. Cette mission, dit-il a constaté le retard à l’ouverture du vote et du matériel électoral défaillant.

À ce niveau, le président de la FIDOHP a appelé la commission électorale indépendante (CEI) à faire preuve de professionnalisme.

« Ceci est de l’entière responsabilité de la CEI, parce que le retard est récurrent, élection après élection. Il revient à l’institution de tout mettre en œuvre pour résoudre ces problèmes. La CEI doit gagner en professionnalisme. Les Bénévoles de l’OIDE ont certes reçu des alertes de tentatives de fraude ; mais aucune fraude n’a été formellement détectée. Est-ce à dire que ces élections du 2 septembre ont été sans aucune fraude ? Pour la FIDHOP, la possibilité de fraude n’est jamais à exclure de façon absolue au cours d’un scrutin, notamment en Afrique », a-t-il déclaré.

« En effet, la fraude étant très complexe, elle peut se préparer et se réaliser à plusieurs niveaux du processus électoral. Ainsi, deux étapes devraient être surveillées et maîtrisées par toutes les parties prenantes dans le processus, pour plus de transparence : il s’agit d’une part de la liste électorale, avec des noms d’inscrits disparaissant ou se déportant parfois d’un bureau de vote A, à un autre bureau de vote B, souvent dans une autre ville ; et d’autre part, le système des tablettes, qui pourrait être une piste de fraude, puisque la CEI reste seule à contrôler l’accès au serveur. Il s’impose de rendre ce système plus transparent », a ajouté Boga Sako.

Aussi, le président de la FIDHOP a demandé à l’opposition ivoirienne de se remettre en cause et se réinventer, pour donner un sens à la Démocratie.

« L’opposition ivoirienne devrait tirer toutes les leçons de sa débâcle à ces élections du 2 septembre 2023. L’opposition devrait penser à mieux se préparer pour toute élection à venir. Elle devrait penser à son unité, au lieu de se disperser et de s’affronter elle-même, ce qui paraîtrait irresponsable. Elle devrait plutôt mettre en avant l’intérêt général, en faisant le choix des meilleurs candidats lorsque cela est nécessaire », a-t-il conclu.

Jean Chrésus, Abidjan

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here