à l’école de la lutte antiterroriste

1
Côte d’Ivoire : à l’école de la lutte antiterroriste
Côte d’Ivoire : à l’école de la lutte antiterroriste

Africa-PressCôte d’Ivoire. C’est ce jeudi 10 juin que Patrick Achi, le Premier ministre ivoirien, et Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, inaugurent l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme, consacrée à la formation et à l’entraînement des unités d’intervention spécialisées.

Ils sont plusieurs à s’affairer, transpirants, autour d’une case et d’un faux cadavre au milieu de la brousse. À côté stationne un Toyota Hilux, portières ouvertes. Il y a là un gendarme tchadien, un officier burkinabè, un autre sénégalais, une commandante ghanéenne… Munis de gants, de sachets et de marqueurs, ils essaient de récolter un maximum d’éléments. Au sol, de fausses kalachnikovs, un ordinateur, des téléphones, des clés USB, de quoi confectionner un engin explosif improvisé. « Une partie du matériel vient de Gao et a été récupéré lors d’opérations de Barkhane. L’objectif est d’être le plus réaliste possible », explique l’un de leurs formateurs français, un lieutenant-colonel qui préfère conserver l’anonymat.

Pour la petite dizaine de participants à ce stage de formation aux techniques de Sensitive Site Exploitation (SSE), l’heure est venue de mettre en pratique ce qu’ils ont appris durant la semaine : recueillir sur le terrain les renseignements laissés par les groupes jihadistes pour les exploiter et les judiciariser. Ils ont 45 minutes, pas une de plus, pour récolter un maximum d’éléments. Leurs instructeurs semblent satisfaits du travail accompli. Eux aussi. « C’est très utile et formateur. Nous pourrons bientôt réutiliser ces techniques chez nous et les transmettre à notre tour à nos collègues », glisse l’un des stagiaires.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here