Lutte contre les changements climatiques, Bocanda bénéficie d’un appui du Fonds Vert Climat dans le cadre de l’élaboration d’une stratégie Ville verte

4
Lutte contre les changements climatiques, Bocanda bénéficie d'un appui du Fonds Vert Climat dans le cadre de l'élaboration d'une stratégie Ville verte
Lutte contre les changements climatiques, Bocanda bénéficie d'un appui du Fonds Vert Climat dans le cadre de l'élaboration d'une stratégie Ville verte

Africa-Press – Côte d’Ivoire.

Bocanda, ville située dans l’ancienne boucle du cacao, a abrité, la deuxième étape de la 4e édition de la Journée africaine de la Transition écologique et des changements climatiques après la ville d’Alépé les 7 et 8 octobre 2022.

Cette édition devrait répondre à la problématique de la stratégie pour les villes vertes en Côte d’Ivoire. Présent à Daoukro, Jean-Luc Assi, ministre de l’Environnement et du développement durable a à l’occasion de cette célébration, reconnu que « les Changements climatiques dont les effets sont de plus en plus remarquables représentent une menace grave pour le développement de notre pays ».

La seconde étape de cette 4e édition de la JFAC qui s’est tenue le vendredi 29 octobre a été organisée par l’équipe de Marcel Yao avec le soutien du gouvernement ivoirien qui a apporté une contribution substantielle pour la bonne réussite de la cérémonie.

« La Côte d’Ivoire est un pays particulièrement vulnérable aux impacts des changements climatiques. Elle a donc marqué sa volonté d’œuvrer pour un développement à faible émission de gaz à effet de serre (GES) et résilient aux changements climatiques » a relevé le ministre de l’Environnement et du développement durable.

L’impact variable des changements climatiques sur le département de Bocanda a été mis en relief par le ministre qui a rappelé les inondations dues aux crues du fleuve N’Zi. Le village d’Assika N’Ziblékro a été envahi par les crues au 3⁄4. La solidarité gouvernementale s’est exprimée le lundi 24 octobre 2022 avec la présence de Myss Belmonde Dogo, ministre de la Solidarité dans le village pour soutenir les victimes.

Jean-Luc Assi a ainsi rassuré les populations de Bocanda que le ministère de l’Environnement et du développement durable ne les a pas oubliés, tout en félicitant, au passage, le maire Kramo Kouassi qui a mis en place une « stratégie ville verte ».

Selon le ministre, ce projet a été financé par le Fonds Vert Climat et l’étude « permettra à la commune de Bocanda de se doter d’une stratégie de développement en ville verte et de bénéficier des financements internationaux.

Jean-Luc Assi a annoncé que des « études sont également en cours pour le développement d’un vaste programme dénommé « Programme de gestion durable des territoires, des terres et de l’agriculture durable pour une meilleure résilience des jeunes face aux changements climatiques  » ».

Il a affirmé qu’à terme, ce programme contribuera à la création d’emplois verts, à améliorer la productivité agricole et à renforcer la résilience des communautés des régions du N’Zi, du Moronou et du département d’Akoupé.

Le département de Bocanda faisait partie de la boucle du cacao dans les années 60 à 70. Il ne l’est plus maintenant. Kramo Kouassi, maire de Bocanda a rappelé ce passé glorieux et a néanmoins avoué que « la pratique culturale de type extensif, axée sur l’utilisation de beaucoup de terres et très peu ou pas d’éléments fertilisants modernes, a contribué significativement à la destruction de l’environnement de la zone.

Pour lui, « la mise en œuvre du processus de transition écologique (…) permettra à la commune de créer des emplois verts pour le développement d’une économie circulaire locale, de préserver et restaurer les surfaces forestières et de lutter contre toutes formes de dégradations des sols et de pollution des eaux (orpaillage), favorisant ainsi l’amélioration des conditions de vie et la résilience des communautés face au changement climatique ».

Il a annoncé qu’une société pétrolière va développer à Bocanda un projet d’énergie renouvelable et s’est enfin réjoui de ce que sa commune est la seule retenue en Côte d’Ivoire pour « bénéficier d’un appui du Fonds Vert Climat dans le cadre de l’élaboration d’une stratégie Ville verte ».

Notons que cette 4e édition de la JFAC se tient en prélude à la COP 27 qui aura lieu en Egypte avec pour objectif général d’enclencher un processus dynamique de transition écologique durable dans les départements de Bocanda et d’Alépé.

L’étape de Bocanda a été marquée par la distribution de foyers écologiques à certains ménages et un planting d’arbres.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here