Signataire du rapport final, l’UDCY à propos de la grâce présidentielle accordée à Gbagbo: « la phase 5 du dialogue politique n’a jamais recommandé la prise d’une loi d’amnistie »

7
Signataire du rapport final, l'UDCY à propos de la grâce présidentielle accordée à Gbagbo: « la phase 5 du dialogue politique n'a jamais recommandé la prise d'une loi d'amnistie »
Signataire du rapport final, l'UDCY à propos de la grâce présidentielle accordée à Gbagbo: « la phase 5 du dialogue politique n'a jamais recommandé la prise d'une loi d'amnistie »

Africa-Press – Côte d’Ivoire. « Il n’y a plus d’ouverture juridique pour contester cela, la condamnation du président Laurent Gbagbo est dans le fond et dans la forme injuste et contestable. C’est d’ailleurs le sens du dialogue politique. L’option du dialogue politique, c’était l’amnistie et non la grâce ».

Extrait des propos tenus ce jour par Katinan Koné Justin, porte-parole du Parti des peuples africains Côte d’Ivoire (PPA-CI) qui commentait le discours à la nation du chef l’Etat au cours de la tribune du Parti à son siège sis à Cocody-Riviera 3.

L’union démocratique et citoyenne (UDCY) cosignataire du rapport final et membre du RHDP prend aux mots, le porte-parole du parti de Laurent Gbagbo et affirme que la 5ᵉ phase du dialogue politique n’a jamais recommandé la prise d’une loi d’amnistie.

Le parti présidé par Anicet Guela Gnanzi dit s’inscrire donc en faux et dénonce cette tentative de manipulation de l’opinion nationale et internationale.

« A l’ouverture de la phase 5 du dialogue politique ouverte le 16 décembre 2021, il a été convenu que les trente-trois (33) propositions soumises par les partis politiques et la société civile soient regroupées en 3 grandes thématiques, à savoir :

1- Mesures d’apaisement de l’environnement politique ;

2- Réconciliation nationale ;

3- Cadre juridique et institutionnel des élections en Côte d’Ivoire.

Au titre des mesures d’apaisement de l’environnement politique, le point n° 9 était libellé « Élargissement de l’ordonnance du 6 août 2018 portant amnistie aux personnes qui en avaient été exclues, notamment le Président Laurent GBAGBO, le Ministre Charles Blé GOUDE et les Militaires ». Lors des échanges, les participants ont convenu que ce point qui relève des prérogatives des Institutions de l’Etat, comme bien d’autres, soit débattu dans un cadre « de haut niveau ».

Aussi, ce point n’a-t-il pas fait partie des treize (13) recommandations consignées dans le Rapport Final signé par l’ensemble des participants au Dialogue politique le 4 mars 2022 (voir en annexe).

En résumé, la phase 5 du dialogue politique n’a jamais recommandé la prise d’une loi d’amnistie.

L’UDCY s’inscrit donc en faux et dénonce cette tentative de manipulation de l’opinion nationale et internationale.

L’UDCY, cosignataire du Rapport final, ne se reconnaît nullement dans cette fausse affirmation de Monsieur Katinan Koné Justin, qu’il tente de faire endosser à tous les participants à la phase 5 dialogue politique », précise, un communiqué de l’UDCY en notre possession.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here