Côte d’Ivoire-USA : Dopage, promulgation de la loi Rodchenkov Act « controversée », « Alertes et Actions » interpelle les autorités ivoiriennes

4
Côte d'Ivoire-USA : Dopage, promulgation de la loi Rodchenkov Act « controversée », « Alertes et Actions » interpelle les autorités ivoiriennes
Côte d'Ivoire-USA : Dopage, promulgation de la loi Rodchenkov Act « controversée », « Alertes et Actions » interpelle les autorités ivoiriennes

Africa-Press – Côte d’Ivoire. Le projet de loi Rodchenkov Act (du nom de l’ancien directeur des laboratoires antidopage de Moscou et Sotchi, Grigory Rodchenkov vit aux Etats-Unis depuis 2015 et fait un grand déballage sur la politique de dopage d’état de la Russie lors des Jeux olympiques 2014 à Sotchi). Il a été promulgué le 4 décembre 2020 par le Président américain Donald Trump et est désormais une loi. Mais une loi controversée sur le dopage, car elle donne la latitude aux Etats-Unis d’avoir un droit de contrôle sur le sport mondial du fait de son caractère extraterritorial.

Cette loi permet aux autorités américaines des poursuites pénales contre les personnes qui l’intéresse. En outre, elle menace la souveraineté des autres pays. Le Rochenkov Act permet aux Etats-Unis d’agir comme un contrôleur qui pourra exploiter ses capacités pour régler des comptes avec d’autres Etats.

Fort de ce qui précède, il y a un risque que les représentants de la communauté sportive ou des fonctionnaires étrangers du sport soient, visés par les Etats-Unis, arrêtés dans les pays tiers à la demande des Américains et extradés sur leur territoire, pour être poursuivis au plan pénal. Comme ce fut le cas pour les membres de la FIFA en 2015.

Des athlètes africains de haut niveau, notamment au niveau de l’athlétisme et d’autres sports constituant de sérieux concurrents pour les Américains pourraient figurer avec leur pays parmi les cibles dans l’application du Rodchenkov Act. Leur vulnérabilité les fragilise face à la puissance des Etats-Unis avec cette loi à caractère extraterritorial.

En attendant, que les autorités ivoiriennes à travers le ministère des Sports et les Fédérations sportives ne se prononcent sur cette loi « controversée”, le Réseau “Alertes et Actions” de Côte d’Ivoire dirigé par des journalistes ivoiriens estime que le Rodchenkov Act ne peut ou ne doit pas être imposé à la communauté sportive mondiale, voire au continent africain en particulier, du fait de ce caractère extraterritorial ».

L’Afrique se compose de 54 pays, chacun d’eux prenant ses décisions en toute indépendance en fonction de ses propres intérêts y compris dans le domaine du sport, les relations internationales ne devraient pas avoir des avantages unilatéraux en faveur d’un quelconque Etat.

Alphonse Camara, Président du Réseau, entouré de certains membres de son bureau, à savoir Moïse N’Guessan et Konaté Khalil, tous des journalistes sportifs, recommande qu’avec l’adoption du «Rodchenkov Act», chaque Etat africain analyse la situation avec beaucoup d’attention en se référant à ses lois.

«Au plan international, c’est pour une synergie des actions de la lutte antidopage que la Convention de l’Unesco pour la lutte antidopage a été ratifiée par les gouvernements de 120 pays. Cette convention permet d’harmoniser la législation, les règles antidopages au niveau international afin de garantir à tous les athlètes, un environnement juste et équitable », souligne, le Réseau “Alertes et Actions”.

Selon le Réseau, Ulrich Haas, juriste à l’Université de Zurich, a souligné que le Rodchenkov Act, ou des lois similaires, sont une menace pour les athlètes. Et elles produiraient de nombreuses incertitudes en exposant les athlètes et les lanceurs d’alerte à des poursuites pénales de la part de diverses juridictions nationales qu’il serait impossible de bien connaître (Inside the Games, 5 juillet 2020).

Outre ces incertitudes, Alphonse Camara et ses camarades préviennent que la démarche des Etats-Unis conduirait à affaiblir l’harmonisation de la lutte contre le dopage, le domaine du sport étant pourtant l’un des rares à appliquer les mêmes règles quel que soit le pays.

Le sport participe à la promotion de la jeunesse et contribue au rayonnement d’un pays. Selon le Réseau “Alertes et Actions”, le sport ne doit pas servir de prétexte pour exercer une quelconque action en violation de la souveraineté des pays.

En conclusion, “Alertes et Actions” soutient qu’une telle initiative veut que l’on reparte dans un cadre de concert des nations pour prendre une loi plus contraignante. Mais pas de façon unilatérale comme c’est le cas du «Rodchenkov Act».

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here