Bangolo, la jeunesse formée sur la gestion des rumeurs en période électorale

5
Bangolo, la jeunesse formée sur la gestion des rumeurs en période électorale
Bangolo, la jeunesse formée sur la gestion des rumeurs en période électorale

Africa-Press – Côte d’Ivoire. La ville de Bangolo, à l’ouest du Pays a été pendant des crises passées en proie à des violences.

L’on se souvient encore que lors de la crise de la Covid-19, un « camion qui transporterait des médicaments de covid destinés à tuer des populations » avait été pris en partie à la suite d’une rumeur véhiculée. Une nouvelle diffusée sur Internet qui a mis la ville en branle il y deux ans en arrière.

C’est fort de cela que la fondation Friedrich Ebert Stiftung section Côte d’Ivoire y a déposé ses valises pour une conférence sur la gestion de rumeurs pour des élections apaisées. Lieu choisit, la salle de la sous-préfecture qui a fait le plein des invités constitués de jeunes, des femmes, des chefs coutumiers et des religieux.

Pour lutter contre le fléau des rumeurs, Dano Servet Pacco, conférencier du jour dira à son assistance qu’il faudra faire une bonne sélection et bonne formation des acteurs de la vie publique afin de s’assurer que les messages diffusés sont techniquement corrects. L’homme a insisté sur l’anticipation à vue réduire la vitesse de propagation des fausses nouvelles dont les effets sont préjudiciables à notre société.

Il définira la rumeur comme un récit qui véhicule sous une forme symbolique des peurs, des fantasmé, des espoirs et tout ce ne peut pas être dit autrement. Elle prend sa source généralement du manque d’informations sur un sujet donné. Ce manque d’information entraîne la prolifération d’idées qui engendrent des rumeurs. Par ailleurs, la rumeur peut provenir d’informations tronquées volontairement de personnes malveillantes à travers des canaux de communication pour des intérêts personnels et mesquins, a fait savoir le conférencier.

« Cette formation est la bienvenue. Elle permettra de participer au maintien de la stabilité sociale de notre département. Nous avons connu beaucoup de situations dues aux rumeurs », a déclaré Yves Kehi délégué départemental du conseil national de la jeunesse de Côte d’Ivoire (CNJCI).

Pour les autorités municipales, à la suite de cette formation, des actions seront entreprises pour plus fédérer tous les acteurs de vie sociale de la circonscription pour « renforcer la cellule de veille pour la préservation de la paix et de la cohésion sociale », a fait savoir Jean Baillet, chef de cabinet du maire de la commune de Bangolo.

Le projet « Jeunes de Valeurs » est un projet de formation politique des jeunes aux valeurs démocratiques par un engagement citoyen sur les questions d’ordre social et politique avec une certaine autonomie nécessaire pour se prémunir contre les manipulations politiques. Il est financé par l’Union européenne et mis en œuvre par le Bureau Côte d’Ivoire de la Friedrich-Ebert-Stiftung.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here