Enseignement supérieur privé, un syndicat dénonce le montant excessif en vue d’obtenir définitivement l’autorisation d’enseigner

1
Enseignement supérieur privé, un syndicat dénonce le montant excessif en vue d'obtenir définitivement l'autorisation d'enseigner
Enseignement supérieur privé, un syndicat dénonce le montant excessif en vue d'obtenir définitivement l'autorisation d'enseigner

Africa-Press – Côte d’Ivoire. Le Syndicat des Enseigants Solidaires du Supérieur Privé de Côte d’Ivoire (SESSUP) le montant excessif en vue d’obtenir définitivement l’autorisation d’enseigner.

Son secrétaire général, Alalé Thibaut relève une note d’information relative à une formation pédagogique d’un montant excessif en vue d’obtenir définitivement l’autorisation d’enseigner initiée par la DESUP du Ministère de l’Enseignement Supéreiur et de la Recherche Scientifique.

“ (…) alors que à titre de rappel ces enseignants postulant ont déjà payer une première somme et qui leur à permis d’obtenir l’autorisation provisoire a basculé énormément les enseignants du supérieur privé. Ce qui les a permis de manifester leur mécontentement auprès du syndicat par de multiples plaintes. Je qualifie cet acte d’une sévérité financière pour des père et mère de famille qui veulent embrasser la carrière d’enseignant dans le milieu”, fait-il savoir avant d’interroger.

“quelle était donc la nature de l’autorisation provisoire délivrer à l’enseignant qui préalablement n’avait bénéficier d’aucune formation pédagogique pour exercer ? Pourquoi donc lier l’obtention définitive de ce document administratif à un coût élevé issu d’une formation pédagogique ? La tutelle n’a-t-elle pas les moyens nécessaires pour assurer cette formation aux enseignants demandeurs ? pourquoi ne pas organiser des séminaires chaque année dans toutes les unités pédagogiques pour permettre aux enseignants d’actualiser leurs cours au frais de l’état ?”

Toutes ces questions, selon M. Alalé laissent à croire que la tutelle est certes en train de réorganiser le système en marge des acteurs principaux qu’ils sont et mais se sentient une fois de plus indignés de leur métier de passion.

“Nous attendons toujours les virements car nous estimons que la soutenance de Décembre 2023 est l’un des éléments déclencheur du paiement dans ces pareilles circonstances. Nous savons compter sur le maestria du DEXCO pour nous apporter satisfaction comme il a toujours sûr faire. Au passage nous lui disons merci pour ces actions d’assainissement du système au niveau de sa direction”, a-t-il conclu.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here